DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lever de rideau pour l'Académie Liszt à Budapest

Vous lisez:

Lever de rideau pour l'Académie Liszt à Budapest

Taille du texte Aa Aa

L’Académie Liszt à Budapest a récemment rouvert ses portes après d’importants travaux de rénovation. Tout en cultivant son prestigieux passé musical, cette institution hongroise, à la fois université de musique et salle de concert, se projette avec ambition vers l’avenir en réinventant son image.

Imre Szabó Stein, Académie de Liszt
Il est difficile de définir ce bâtiment, l’abondance de motifs ornementaux le rend unique, et la portée de leurs signification est loin d’avoir été entièrement révélée. A travers ces trésors du passé nous avons néanmoins essayé de créer un style très moderne”.

L’Académie, fondée par Liszt en 1875, a déménagé dans ce bâtiment style Art Nouveau en 1907. Certains des plus grands musiciens hongrois ont été formés ici, et les plus grands artistes du 20è siècle se sont produits dans cette salle de concert époustouflante.

András Batta, président de l’Académie Liszt
“De nombreux musiciens sont venus ici, des artistes russes, comme Richter, Rostropovich, Oystrach. Ils aimaient tous l’accoustique de la salle et son atmosphère particulière où l’artiste et son auditoire sont très proches, parce que la salle est en forme de cloche, et l’artiste frappe cette cloche et l’auditoire en est l‘écho.

De grands musiciens hongrois se sont produits à l’occasion du gala de réouverture : le pianiste Boganyi, ainsi que les violonistes Katalin Kokas et Barnabas Kelemen, qui enseignent à l’Académie.

Katalin Kokas, violoniste :
C’est un temple de la musique, un sanctuaire, et je ressens toujours le même bonheur quand j’entre ici, c’est mon alma mater, ma terre nourricière, j’ai été éduquée ici dès l‘âge de 12 ans, tout ce que j’ai eu, je l’ai eu ici, et c’est ce que je veux donner à mes étudiants”.

Barnabás Kelemen, violoniste :
“Mon grand-père était un des plus célèbres violoniste gitan des années 30. Je ne le connais qu’au travers de films en noir et blanc, et ma mère se souvient à peine de lui parce qu’il est mort jeune, mais le sang est plus épais que l’eau et c’est pourquoi j’aime beaucoup jouer la musique tzigane”.

Lors du gala, ils ont joué ensemble des duos pour violons de Bela Bartok. Le célèbre compositeur a poussé Barnabas et Katalin dans les bras l’un de l’autre.

Katalin Kokas, violoniste :
“A 17 ans nous avons commencé à jouer ensemble les duos de Bartok, et c’est à ce moment que nous avons réalisé que nous étions fait l’un pour l’autre. Nous ne savions pas encore ce que l’autre pensait de la musique, nous avons juste réalisé que nous étions en harmonie, et que nos différences nous complétaient.

Vous avez pu entendre dans ce reportage des extraits de : – Johannes Brahms: danse hongroise n°5 – Béla Bartók: 44 Duos pour violons (BB 104, extraits) – Ernst von Dohnányi, Piano Quintet in C Mineur, op. 1 – Allegro – Franz Liszt, Réminiscences de Don Juan