DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Prévisions au « BeauFix » pour Météo France


monde

Prévisions au « BeauFix » pour Météo France

En termes d’audience à la télévision, de fréquentation de pages web ou de téléchargement d’applications pour téléphones mobiles, les prévisions météo trustent souvent les premières places. Consulter la météo avant de partir en weekend, par exemple, est devenu l’un des grands classiques de nos vies modernes. L’enjeu pour les agences publiques et autres sociétés privées de météorologie est donc de fournir des données les plus précises possibles à destination des particuliers, des clients professionnels ou institutionnels. L’organisme français, Météo France s’est ainsi doté d’un nouveau calculateur pour affiner ses prévisions.

Depuis la mi-janvier, les équipes de Météo France installées à Toulouse, dans le sud de France, ont pris possession de leur nouveau supercalculateur. Mais le système ne sera pleinement opérationnel qu’en avril prochain lorsque la seconde unité située à Montaudran, dans la banlieue toulousaine, sera couplée à la première. La somme de ces deux super-ordinateurs, « Beaufix » et « Prolix », permettra à l’établissement public de fournir des prévisions valables pour quatre jours, contre trois actuellement. Les données seront, en outre, actualisées heure par heure et affinées au kilomètre près. C’est en tout cas l’objectif que s’est fixé Météo France d’ici cinq ans.


L‘évolution de la puissance de calcul des supercalculateurs de Météo France depuis 1992 – © Météo France

Grâce à ce nouveau supercalculateur, composé donc par deux ordinateurs, fournis par la société française Bull, l’établissement public a multiplié sa puissance de calcul par douze par rapport à la précédente machine du Japonais Nec, utilisée jusqu’alors. Et si l’on compare avec le premier supercalculateur acquis en 1992, la puissance est, cette fois-ci, multipliée par 500 000 ! Physiquement, les deux machines (Bullx B710 DLC pour les intimes) occupent 25 armoires pour le calcul et six armoires pour le stockage, ce qui représente une empreinte au sol de plus de 150 m2 !

Les plus puissants supercalculateurs, issus du TOP500 :

  • 1 - Tianhe-2, Chine, frabriqué par NUDT : 33,863 Pflots
  • 2 - Titan, Etats-Unis, fabriqué par Cray : 17,590 Pflots
  • 3 - Sequoia, Etats-Unis,fabriqué par IBM : 17,173 Pflots
  • 4 - K computer, Japan, fabriqué par Fujitsu : 10,510 Pflots
  • 5 - Mira, Etats-Unis, fabriqué par IBM : 8,586 Pflots
  • 6 - Piz Daint, Suisse, fabriqué par Cray : 6,271 Pflots
  • 13 - Pangea, France, fabriqué par SGI : 2,098 Pflots
Données de novembre 2013

La puissance maximale du système sera d’un Pétaflops, soit un million de milliards d’opérations par seconde. Le supercalculateur de Météo France fait donc son entrée dans le TOP 500 des plus puissants supercalculateurs du monde aux alentours de la 30ième place. La puissance de calcul disponible – qui pourrait être doublée d’ici 2016 – permettra d’enregistrer de cinq à dix fois plus de données satellites et d’intégrer vingt millions d’observations par jour (cinq fois plus que précédemment). Ces machines n’ont pas été achetées par Météo France. Un contrat d’installation et d’exploitation a été signé avec Bull pour un coût de 30,5 millions d’euros sur cinq ans.


Le supercalculateur Bull – © Météo France

En s’équipant de ce nouveau matériel, Météo France souhaite être en mesure de mieux prévoir des phénomènes localisés potentiellement dangereux pour l’Homme et ses activités. C’est ce qu’a expliqué le directeur de la prévision de Météo France, Jean-Marie Carrière : « Nous gagnons un jour de prévision tous les dix ans: le nouveau calculateur va nous donner la possibilité de prévoir le temps aussi bien à quatre jours d‘échéance qu‘à trois jours aujourd’hui; il va nous permettre de mieux prévoir les phénomènes dangereux, en particulier de petite échelle, les orages, les inondations soudaines ». En cas d’événements climatiques exceptionnels, des prévisions affinées permettront au service de secours de mieux répondre aux besoins, ce que confirme M. Carrière en indiquant que « sur des phénomènes évoluant très rapidement, passant de 50 litres d’eau à 200 litres d’eau au mètre carré par exemple, c’est très important de pouvoir ajuster et donner les informations précises aux pouvoirs public qui doivent gérer des secours ».

Les phénomènes climatiques ont un impact direct sur les activités agricoles, industrielles, et commerciales françaises. Ces prévisions météorologiques affinées permettront, sans doute, des économies de plusieurs millions d’Euro à la France. A terme, le système pourrait fournir des indications sur des masses de brouillard qui pourraient entraver le bon fonctionement d’un aéroport par exemple ou anticiper les mesures à prendre en cas de tempêtes.

Enfin, le supercalculateur sera également utilisé pour appréhender le changement climatique à l’échelle de la planète. Philippe Bourjeault, directeur de la recherche de Météo-France, a ainsi indiqué que «nous sommes un des rares établissements à développer un modèle complet à l‘échelle de la Terre, intégrant l‘évolution des masses glaciaires, les changements atmosphériques, la dynamique des grands fleuves. C’est l’un des meilleurs du globe ».

Prochain article

monde

Le selfie des Oscars, un bon coup de pub