DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'école a-t-elle sa place en prison ?

Vous lisez:

L'école a-t-elle sa place en prison ?

Taille du texte Aa Aa

Quel est l’intérêt de proposer un enseignement en milieu carcéral ? Dans un contexte fréquent de surpeuplement et de violences, la scolarisation des détenus peut ne pas sembler une priorité. Pourtant, d’après un récent rapport de la RAND Corporation, l’accès à des cours en détention permet de réduire la récidive d’environ 43%.

Mexique : scolariser pour réduire les violences

Dans plusieurs centres de détention pour mineurs au Mexique, on expérimente depuis quelques années, un programme éducatif qui comprend un enseignement scolaire et des activités sportives en milieu ouvert. Une équipe de football américain réunissant des jeunes détenus et des membres du personnel pénitentiaire a ainsi été constituée dans le district de Mexico City.
Et la démarche porte ses fruits : dans le centre de San Fernando à Tlalpan par exemple, les émeutes et les bagarres sont devenues moins fréquentes et 80% des élèves réussissent à mener leurs études secondaires à leur terme.

Grèce : une école de la deuxième chance

La prison de Korydallos à Athènes est la plus grande maison d’arrêt du pays, mais aussi la plus surpeuplée. Environ 70 des quelque 2500 détenus qui y sont accueillis ont le privilège de suivre des cours dans une “école de la deuxième chance” créée en 2005. Après deux ans de scolarité au rythme de 25 heures de cours par semaine, les élèves reçoivent une sorte de brevet d‘études secondaires et obtiennent aussi une réduction de peine. Après leur sortie de prison, le taux de récidive n’est dans leur cas que de 7% contre 40 à 50% pour l’ensemble des anciens prisonniers.

Une Française est “Prof chez les taulards”

Aude Siméon enseigne depuis quinze ans derrière les barreaux. Une expérience qu’elle raconte dans un livre. Deux fois par semaine, elle rejoint la maison centrale de Poissy prévue pour accueillir 230 détenus condamnés à de très longues peines et donne des cours de français et de littérature à une dizaine de volontaires. Son objectif, dit-elle : “donner une nouvelle image de l‘école qui soit non pas une fatalité, mais une chance”. Elle estime “très important qu‘à l’intérieur de cet univers complètement fermé, [par le biais de ses cours], il y ait une fenêtre ouverte sur l’extérieur”.

Learning World Facebook

Learning World Twitter