DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

A Donetsk, des séparatistes pro-russes s'attaquent à la culture

Vous lisez:

A Donetsk, des séparatistes pro-russes s'attaquent à la culture

Taille du texte Aa Aa

Le centre Izolyatsia, qui se décrit comme un “plateforme pour initiatives culturelles” installé dans le quartier industriel de Donetsk à l’est de l’Ukraine, a été capturé et occupé par des séparatistes pro-russes ce lundi 9 juin, selon les anciens occupants de l’espace.

Il “a été capturé par des représentants armés et cagoulés de la République Populaire du Donetsk (RPD)” au matin du 9 juin, selon des membres de Izolyatsia dans un communiqué.

“Selon l’un de leurs chefs, le lieu, un ancienne usine de matériaux isolants, sera utilisé pour recevoir de l’aide humanitaire et servir pour des activités administratives,” selon le communiqué. “En plus, la RPD est intéressée par l’abri antiaérien présent sur le terrain de la fondation . Les commandos ont promis de n’abîmer ni les œuvres d’arts, ni les locaux” d’Izolyatsia.

  • Izolyatsia cultural centre in Donetsk, Ukraine

"Armés de Kalashnikovs"

Interrogé mardi 10 juin par e-mail par euronews, Mykhailo Glubokyi, l’un des co-fondateurs d’Izolyatsia explique que le lundi matin, les hommes armés venus investir l’espace “étaient 13, l’un avec un fusil de sniper, d’autres avec des Kalashnikovs”. La prise de la fondation s’est faite sans effusion de sang, d’une part car il n’y avait pas d’exposition ou d‘événement en cours dans l’ancienne usine, et d’autre part car “les commandos pro-russes avaient prévenu Izolyatsia de leurs intentions la veille de leur action”.

Un jour après, la situation autour du bâtiment reste tendue. “La plupart des hommes armés sont partis, seuls quelques uns sont restés pour “contrôler le territoire”“, raconte Glubokyi. “Pendant ce temps-là, des médias pro-RPD ont commencé une campagne disant qu’Izolyatsia est une organisation anti-Russie financée par les Américains, qui soutient le fascisme et développe un art décadent”.

La RPD “a dit que la Croix-Rouge enverrait de l’aide humanitaire spécialement pour [eux]” et a donc besoin d’espace pour le stocker. Mais “un de leaders de la RPD, Roman Lyagin, est un ancien ami à nous ; il est venu à plusieurs de nos événements. Il communique beaucoup avec nos employés, du coup nous pensons qu’il y a une raison idéologique derrière” la capture. Selon Glubokyi, il est presque certain que l’espace culturel a été délibérément ciblé par les séparatistes : “Donetsk est une ville industrielle, avec beaucoup d’entrepôts et d’usines dans des endroits plus pratiques”.

Ce n’est pas la première fois qu’Izolyatsia rencontre des problèmes avec des militants pro-russes. En avril 2013, “ils avaient déjà menacé [le centre], lorsqu’ils ont envahi notre territoire,” explique Glubokyi. A l‘époque avait été organisé par le centre une rencontre pour apprendre à des ONG ukrainiennes à utiliser les nouveaux médias pour leurs projets sociaux et culturels.

Mais des militants étaient venus manifester avec tracts, bannières et slogans : “Non au “printemps arabe” à Donetsk!”, “Non à “la révolution syrienne” en Ukraine!”. Après cette démonstration de force et pour des raisons de sécurité, la rencontre avait été prématurément annulée.

Condamnation européenne

Le réseau d’espaces culturels Trans Europe Halles (TEH), dont Izolyatsia fait partie, a fermement condamné l’action des militants armés : “Qu’un centre culturel géré par la société civile tel qu’Izolyatsia soit occupé par des forces armées montre l’absence de respect de la RPD envers certaines des valeurs les plus importantes d’une société libre. Par conséquent, TEH et toutes ses organisations membres [70 à travers toute l’Europe] condamnent fortement cette action et attendent des séparatistes qu’ils quittent immédiatement Izolyatsia”.

Pour les membres de l’espace culturel ukrainien, le futur reste incertain. Mykhailo Glubokyi explique : “nous sommes sains et saufs à Kiev pour le moment, où nous réfléchissons sur comment travailler en exil pour faire entendre à l’Ukraine et au monde la voix des vrais habitants de Donetsk, et non pas celle d’une foule de gangsters armés”.