DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne : le nouveau roi Felipe VI entame son règne

Vous lisez:

Espagne : le nouveau roi Felipe VI entame son règne

Taille du texte Aa Aa

Le roi d’Espagne Juan Carlos est “mort” (politiquement), vive le roi Felipe VI ! Il est le nouveau souverain depuis que la loi permettant l’abdication de son père, Juan Carlos, a été publiée au Journal Officiel. Cette loi, approuvée à une large majorité par le Parlement le 11 juin, puis par le Sénat, a ensuite été ratifiée mercredi soir lors d’une cérémonie au Palais royal de Madrid. Juan Carlos, qui a signé en présence de son épouse Sofia, de son fils et de sa belle-fille Letizia, avait souhaité que cette cérémonie soit courte et sobre. Usé par différents scandales et des problèmes de santé ces dernières années, le roi, âgé de 76 ans, laisse son trône après 39 ans de règne. Il y avait accédé le 22 novembre 1975, deux jours après la mort du dictateur espagnol, le général Franco.

C’est justement pour avoir aidé à stabiliser la jeune démocratie que Juan Carlos a longtemps été apprécié, aimé de son peuple. Le 23 février 1981, il avait joué un rôle historique en évitant un coup d’Etat. Il avait ordonné à des officiers putschistes, qui occupaient le Parlement, de rentrer dans leurs casernes. Auparavant, il avait légalisé les partis politiques, fait organiser des élections législatives et approuver une nouvelle Constitution. Mais si l’on en croit un expert de la monarchie espagnole, “Le pacte du silence autour de la royauté n’existe plus”. Depuis 2011, le souverain était englué dans les scandales, celui qui a éclaté à la suite d’une de ses coûteuses parties de chasse à l‘éléphant au Botswana, et surtout l’affaire de corruption qui a éclaboussé sa fille, l’infante Cristina, et son gendre, Inaki Urdangarin.

Cristina a brillé par son absence lors de l’intronisation de son frère, Felipe VI. Juan Carlos aussi, officiellement “afin de donner un plus grand rôle au nouveau roi”. Il a toutefois accompagné son fils sur le balcon du Palais royal pour saluer la foule, dans une capitale espagnole ornée de 16.000 fleurs et de drapeaux. La tradition catholique, elle, n’a pas été respectée, la journée a été essentiellement laïque. Désormais, en Espagne, les sondages indiquent que presque une personne sur deux conteste la monarchie. Redorer son image s’annonce une tâche rude pour le tout nouveau roi, d’autant que la crise économique et sociale continue de désespérer la population.