DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Emissions de CO2 : comment se situe l'Europe dans le monde ?


monde

Emissions de CO2 : comment se situe l'Europe dans le monde ?

L’Europe est le seul des quatre gros pollueurs mondiaux à avoir réduit ses émissions de dioxyde de carbone.

L’Inde, avec une hausse de 5 %, la Chine, avec 4,2 %, et les Etats-Unis, avec 2,9 %, tous ont vu leurs émissions de CO2 croître en 2013, alors que l’Union européenne enregistrait une baisse d’1,8 %, selon les données du Global Carbon Project (GCP).

Ces chiffres ont été publiés juste avant le sommet de l’ONU sur le climat qui se tient à New York ce mercredi 22 septembre. Un sommet où les dirigeants du monde entier sont sensés se saisir de ce problème à bras-le-corps.

Top 10 mondial des émetteurs de CO2 - 2013

En millions de tonnes de CO2. Source : Global Carbon Project.

  1. Chine --> 9977
  2. États-Unis --> 5233
  3. Union européenne --> 3487
  4. Inde --> 2407
  5. Russie --> 1812
  6. Japon --> 1246
  7. Allemagne --> 759
  8. Corée du Sud --> 616
  9. Iran --> 611
  10. Arabie saoudite --> 519

Les scientifiques affirment, qu‘à ce rythme, d’ici 30 ans, le réchauffement de la planète sera supérieur à 2 degrés celsius, la limite fixée par la communauté internationale pour éviter une détérioration dangereuse du climat terrestre.

Les chercheurs de l’université d’East Anglia estiment que les émissions de CO2, toutes activités humaines confondues, vont augmenter de 2,5 %. On dépasserait ainsi le seuil des 40 milliards de tonnes de CO2 émises à l‘échelle de la planète.

Pour la première fois, en 2013, un Chinois moyen a émis plus de CO2 qu’un Européen moyen. Les Américains qui émettent entre deux et trois fois plus par habitant, sont assez loin devant.

Connie Hedegaard, la commissaire européenne à l’Action pour le climat, déclarait il y a peu sur Twitter, que le problème du changement climatique ne pourrait pas être résolu sans une forte contribution de la Chine.

Classement Union européenne - 2013

En millions de tonnes de CO2. Source : Global Carbon Project.

  1. Allemagne --> 759
  2. Royaume-Uni --> 462
  3. Italie --> 353
  4. France --> 344
  5. Pologne --> 312
  6. Espagne --> 240
  7. Pays-Bas --> 165
  8. République tchèque --> 101
  9. Belgique --> 99
  10. Roumanie --> 76
  11. Grèce --> 74
  12. Autriche --> 63
  13. Portugal --> 52
  14. Finlande --> 50
  15. Suède --> 45
  16. Bulgarie --> 42
  17. Hongrie --> 41
  18. Danemark --> 40
  19. Irlande --> 37
  20. Slovaquie --> 34
  21. Croatie --> 21
  22. Estonie --> 19
  23. Slovénie --> 16
  24. Lituanie --> 13
  25. Luxembourg --> 11
  26. Chypre --> 7.7
  27. Lettonie --> 7.4
  28. Malte --> 2.6

Elle a aussi déclaré : “de plus en plus de gens sur la planète apprennent à leurs dépens que le changement climatique n’est pas une lointaine menace. Il y a quelques semaines, des inondations ont ravagé des régions du Cachemire indien et pakistanais, mais là, ce sont des inondations, ailleurs, c’est la sécheresse, il est clair que des changements climatiques se sont déjà produits.”

En Europe, l’Espagne, la Roumanie, la Grèce, la Lituanie, la Bulgarie et le Royaume-Uni figurent parmi les bons élèves environnementaux qui ont réduit leurs émissions de CO2 en 2013, comparé à 2012.

L’Allemagne, le plus gros pays européen émetteur de CO2 et le septième à l‘échelle mondiale, a vu ses émissions grimper de 2,4 %.

La Grande-Bretagne, l’Italie et la France sont les autres principaux pollueurs du continent, mais seule la France a enregistré une hausse en 2013.

L’Union européenne s’est engagée à réduire ses émissions de dioxyde de carbone de 20 % d’ici 2020, par rapport au niveau de 1990.
Et elle a proposé de se donner pour objectif de les réduire de 30 % si les grandes économies s’engageaient à leur tour formellement dans la réduction des émissions mondiales.

Mais la Chine, l’Inde et la Russie, trois des cinq plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, seront les grands absents du sommet sur le climat à New York.

Le professeur Pierre Friedlingstein de l’université d’Exeter, impliqué dans le GCP, a pourtant déclaré : “L‘époque où l’on pouvait se permettre d‘évoluer tranquillement face au changement climatique est maintenant révolue. Retarder nos actions n’est plus une option, nous devons agir ensemble et agir vite, si nous voulons avoir une chance d‘éviter les changements climatiques dans un avenir proche, de notre vivant.
Nous avons déjà gaspillé les deux tiers de la quantité totale de carbone que nous pouvons brûler, afin de maintenir le réchauffement en dessous du niveau crucial de 2 degrés celsius. Si nous continuons au rythme actuel, nous allons atteindre notre limite d’ici 30 ans, et ce scénario se réalisera, même s’il n’y a plus d’augmentation de production de gaz à effet de serre. Ne prendre aucune action immédiate est clairement inquiétant. Soit nous prenons la responsabilité collective de faire une différence, et vite, soit il sera trop tard “.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le contrat de mariage entre Napoléon et Joséphine s'envole à 437 500 euros