DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Europe : sortir du cercle vicieux de la pauvreté


u talk

Europe : sortir du cercle vicieux de la pauvreté

Cette semaine, Utalk se penche sur la question de Kristalina originaire de Sofia, en Bulgarie :

“ Un citoyen européen sur 4 serait menacé de pauvreté ou d’exclusion sociale. Quelle réalité se cache derrière ce chiffre ? “

Barbara Helfferich, directrice de l’EAPN, le Réseau européen Anti-pauvreté, lui répond :

“ Il y a 124 millions de personnes menacées de pauvreté au sein de l’Union européenne. C’est un chiffre extrêmement élevé et je pense que beaucoup de gens seront surpris de l’apprendre.

La pauvreté, ce n’est pas juste une question de revenu ou de salaire parce que beaucoup de gens pauvres travaillent – on les appelle d’ailleurs les ‘travailleurs pauvres’. Ils ont beau jongler avec 2 ou 3 emplois, ils ne gagnent pas assez d’argent pour payer l‘école, leur logement et la nourriture.

Autres sources de préoccupation pour eux : l’accès à l‘énergie et aux services de santé ou encore l’avenir de leurs enfants.

Il y a aussi la problématique de l’exclusion sociale très souvent inhérente à la pauvreté. Quand un enfant grandit dans le dénuement, il court le risque d‘être victime d’exclusion sociale. Par exemple, cet enfant n’aura pas les moyens de participer à un voyage scolaire, ou d’aller à la piscine. Il est très difficile de sortir du cercle vicieux de la pauvreté.

Pour nous – le Réseau européen Anti-Pauvreté – la pauvreté est un choix politique. Ce n’est pas une malédiction divine. C’est parce que les politiques prennent certaines décisions qu’il y a 124 millions d’Européens qui vivent dans la pauvreté.

Nous plaidons donc en faveur d’une approche intégrée pour lutter contre la pauvreté. Nous avons besoin notamment d’un revenu minimum pour que personne ne vive sous le seuil de pauvreté, que personne ne soit menacé de pauvreté.

Nous avons besoin d’une action à l‘échelle européenne du type ‘Plan Marshall’ dont les fonds iraient directement aux gens et à la création d’emplois décents. Cet argent servirait aussi à bâtir une économie qui inclut les gens, au lieu de les exclure. “

Si vous souhaitez, vous aussi, poser une question dans Utalk, cliquez ci-dessous sur le bouton ‘Participez’

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

u talk

Quel statut pour les réfugiés syriens ?