DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pour des millions de réfugiés syriens, un quatrième hiver loin de chez eux


Syrie

Pour des millions de réfugiés syriens, un quatrième hiver loin de chez eux

Combien de temps les Nations-Unies vont-elles pouvoir continuer à s’occuper des réfugiés de la guerre en Syrie ? La question, extrêmement sérieuse, inquiète les organisations d’aide humanitaire. Une trentaine d’entre elles ont appelé les pays riches à accueillir 5% de ces réfugiés avant la fin 2015.

Dans le même temps le HCR voit ses moyens réduits :

“Les besoins humanitaires mondiaux augmentent de façon exponentielle, explique Antonio Guterres, Haut Commissaire des Nations-Unies pour les réfugiés : Et les fonds disponibles pour y répondre n’augmentent pas du tout à la même vitesse. Non seulement nous avons moins d’argent pour plus de besoins mais la façon dont nous pouvons utiliser cet argent pour répondre à ces besoins est de plus en plus restreinte”.

La semaine dernière le Programme alimentaire mondial a créé la stupeur en annonçant qu’il n‘était plus en mesure de distribuer des coupons alimentaires à 1.7 millions de Syriens réfugiés dans les pays limitrophes.

“Ces tickets alimentaires sont essentiels, déclare Amine, réfugié. Si il n’y en a plus, alors il n’y a plus de refuge… Comment allons-nous vivre, sans emploi, sans rien ?”

Aujourd’hui l’Egypte, l’Irak, la Jordanie, mais surtout le Liban et la Turquie croulent sous le poids des réfugiés.

Pour certains le désespoir est total :

“On peut rester comme ça encore un peu, affirme un homme. Mais ensuite je vais rentrer dans mon pays. Si je me fais tuer par un obus là-bas, je mourrai en martyr. Mais c’est mieux que mourir de faim”.

Certains réfugiés vont vivre leur quatrième hiver dans un camp loin de chez eux. Un drame au centre de la Conférence de Genève qui commence ce mardi.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Iran en pointe de la diplomatie dans la crise en Syrie et en Irak