DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gravity : Hirscher s'offre le doublé, Maze le rate de peu


gravity

Gravity : Hirscher s'offre le doublé, Maze le rate de peu

Bienvenue dans Gravity, notre magazine hebdomadaire consacré au ski alpin.

On commence aujourd’hui avec le doublé de Marcel Hirscher dans la station suédoise d’Are.

Vendredi, l’Autrichien avait remporté le premier géant de l’histoire disputé en nocturne en signant le meilleur temps des deux manches.

Ce dimanche, il s’est imposé en slalom, même s’il a été moins dominateur, ne reléguant ses dauphins qu‘à 10 et 15 centièmes de seconde.

Qu’importe, il porte à 26 son nombre de victoires en Coupe du monde et prend les commandes du classement général aux dépens de Kjetil Jansrud.

En tête après la première manche, l’Allemand Felix Neureuther – qui avait fait l’impasse sur le géant d’ouverture à Sölden en raison de douleurs au dos – doit se contenter de la deuxième place derrière celui qui est à la fois son ami et son plus grand rival.

A 30 ans, le Russe Aleksandr Khoroshilov signe le meilleur résultat de sa carrière en complétant le podium; du jamais-vu pour un skieur de son pays depuis 1981 !

A domicile, quatre Suédois finissent dans le Top 8, tandis que Ted Ligety et Alexis Pinturault enfourchent en seconde manche.

Pour 6 centièmes de seconde…

Tina Maze se disait fatiguée en arrivant en Suède et incapable de digérer le décalage horaire après la tournée en Amérique du Nord.

Il ne lui a pourtant manqué que 6 centièmes de seconde pour faire aussi bien que Marcel Hirscher.

Avec sa victoire en géant et sa deuxième place en slalom juste derrière Maria Pietilae-Holmner, elle conforte son statut de leader de la Coupe du monde.

Elle a désormais 257 points d’avance sur l’Autrichienne Anna Fenninger, la tenante du titre.

La grande force de Tina Maze, c’est sa polyvalence : elle est la seule skieuse à participer à toutes les courses du calendrier, et à pouvoir les gagner…

Rendez-vous à Alta Badia

Le week-end prochain, les femmes seront à Val d’Isère, en Savoie, pour y disputer une descente et un super-G.

Les hommes, eux, seront en Italie avec plusieurs courses au programme, dont l’un des géants les plus attendus de la saison, celui d’Alta Badia.

Franck Piccard connaît bien la “Gran Risa” pour y avoir signé plusieurs tops 10.

Franck Piccard : “Les premières années où on a skié cette piste, elle a tout de suite emballé tout le monde. Parce que c’est une piste assez raide, une piste en versant nord, et donc pour la maîtriser, il faut maîtriser sa vitesse et maîtriser parfaitement la technique du géant. On ne peut pas se laisser aller à des postures impossibles, il faut toujours être très bien équilibré, être parfaitement dans le rythme du parcours, sinon vous êtes éjectés. Et donc cela a toujours séduit tout le monde. Les tracés sont assez rythmés puisque la piste n’est pas très large, on bondit d’une porte à l’autre dans la pente. Et c’est quelque chose d’assez intéressant parce qu’il faut être techniquement bien posé sur ses skis pour réussir ce géant.”

Quand Kostelic voit triple

Nous sommes le 22 février 2002 et Janica Kostelic est au départ de la deuxième manche du géant des Jeux olympiques de Salt Lake City.

390 mètres plus bas, l’attend sa troisième médaille d’or – un record – après celles du combiné et du slalom.

Et dire qu’il ne lui a manqué que 5 centièmes de seconde pour devancer Daniela Ceccarelli lors du super-G !

La Croate gagnera encore trois titres aux Mondiaux de Bormio en 2005, mais elle prendra sa retraite à seulement 24 ans après de multiples opérations aux genoux.

Pas épargné non plus par les blessures, son frère aîné Ivica continue de représenter la famille Kostelic en Coupe du monde.

It’s snowtime

Rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau numéro de Gravity.

D’ici là, comme d’habitude, on se quitte avec les images les plus spectaculaires du “grand cirque blanc” : “it’s snowtime” !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

gravity

Gravity : Lara Gut domine Lindsey Vonn