DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Premiers signes de récession en Russie


Russie

Premiers signes de récession en Russie

Le produit intérieur brut a accusé une baisse de 0,2 % en novembre par rapport à octobre. Le rouble a perdu plus du tiers de sa valeur depuis le début 2014, provoquant la pire crise monétaire en quinze ans de pouvoir de Vladimir Poutine.

Officiellement, le gouvernement prévoit l’an prochain une baisse de 0,8 % du PIB.

“Le nombre de joueurs sur le marché a considérablement diminué avec l’annonce du gouvernement qu’il allait combattre la spéculation. Dans cette situation, le taux de change du marché est déterminé par des facteurs à court terme et est extrêmement imprévisibles. Aujourd’hui, par exemple, la monnaie a chuté de 7 % sans qu’il n’y ait aucun évènement particulier pour l’expliquer” affirme Sergei Romanchuk de Metalinvestbank.

Pour maintenir les banques à flot, le Premier ministre Dmitry Medvedev a signé un décret pour renflouer les banques à hauteur de l‘équivalent de quatorze milliards d’euros.

“Si vous prenez en compte la chute des cours du pétrole, l’impact des sanctions et l’incertitude politique actuelle en Russie, les prévisions sont encore plus mauvaises que beaucoup le craignent” souligne Chris Beauchamp, analyste financier chez IG.

Ce choc monétaire a déjà eu un impact sur l’inflation qui devrait dépasser 11 % sur l’année, soit le plus haut niveau depuis 2009, ce qui a pour conséquence une forte chute de la consommation, d’où la nécessité d’adopter des mesures de soutien.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Vol QZ 8501 d'Air Asia : intensification des recherches malgré le mauvais temps