DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Discours de l'Etat de l'Union pour Obama

Vous lisez:

Discours de l'Etat de l'Union pour Obama

Discours de l'Etat de l'Union pour Obama
Taille du texte Aa Aa

Le président Barack Obama au Capitole ce mardi soir. Le président américain y prononcera le traditionnel discours sur l’Etat de l’Union. Avec une nouveauté, pour la première fois depuis 2009, le président démocrate s’adressera à un Congrès dont les deux chambres sont contrôlées par ses adversaires républicains.

Les démocrates ont subi une sévère déconvenue aux élections de novembre, en dépit des bons résultats du pays : économie en plein essor, faible prix du gaz, chômage diminué de moitié, déficit divisé par deux, et taux d’intérêt très bas.

Un Barack Obama curieusement beaucoup plus détendu aujourd’hui qu’il y a quelques semaines comme le dit Allan Lichtman, historien des présidences américaines.

“Il a des sujets de préoccupations, s’assurer de son héritage, faire ce qu’il pense être le mieux pour le pays. Et il semble se concentrer sur cela, il a l’air plus détendu, il semble plus lui-même, moins sous la coupe des consultants, et sans surprise, sa cote de popularité a augmenté! Les gens aiment les politiciens authentiques.”

Pour autant, les deux années à venir ne seront pas faciles pour le président aux yeux d’Allan Lichtman.

“Vous avez toujours besoin d’un beau discours sur le bipartisme, parce que les Américains – comme ceux qui croient aux contes de fée – croient encore au bipartisme, même s’il n’existe pas vraiment. Et la réalité, c’est que les Républicains et les Démocrates ne sont pas d’accord! Sur chaque question de fond, il y a cette fracture idéologique profonde entre les deux partis “.

Face aux Républicains, Obama devrait défendre les questions sociales qui lui sont chères comme l‘égalité des revenus, l’accès aux soins ou à l’enseignement supérieur.

Stefan Grobe, euronews, Washington :

“Mardi soir, le président Obama se positionnera en social-démocrate à l’européenne, défenseur de la classe moyenne contre les Républicains sans cœur. Obama dit qu’il veut travailler avec le Congrès, mais les lignes de bataille sont déjà fixées”.