DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Chine : la gaffe de la présidente argentine fait grincer des dents

“Plus de 1000 personnes à l‘évènement… Sont-ils tous de la Campola? Sont-ils venus pour le liz et le pétlole?”. C’est le tweet de la présidente

Vous lisez:

Chine : la gaffe de la présidente argentine fait grincer des dents

Taille du texte Aa Aa

“Plus de 1000 personnes à l‘évènement… Sont-ils tous de la Campola? Sont-ils venus pour le liz et le pétlole?”. C’est le tweet de la présidente argentine qui a suscité de nombreuses critiques. En visite en Chine, Cristina Fernandez de Kirchner “imitait “ la façon dont les Chinois prononcent l’espagnol en changeant les “r” en “l” de “riz” et “pétrole” dans ce message posté mercredi sur internet.

La dirigeante argentine se félicitait du nombre important de personnes ayant participé à un forum commercial sino-argentin qu’elle a clôturé à Pékin. Elle voulait faire semble-t-il de l’ironie, vu que ses détracteurs l’accusent de gonfler artificiellement le public de certains de ses meetings en Argentine avec des membres de la Campora, un mouvement de jeunesse dirigé par son fils Maximo.

La présidente a écrit “désolée” dans un nouveau tweet, ce qui n’a pas empêché les réseaux sociaux de s’enflammer. Les uns dénonçant un “manque de tact”, “du racisme”, de “l’humour dépassé”, de “l’irrespect”.

La polémique tombe à un moment où Cristina Fernandez apparaît déjà fragilisé par l’affaire Alberto Nisman, ce procureur retrouvé mort en janvier après qu’il l’a accusée d’entrave à l’enquête sur un attentat meurtrier contre une mutuelle juive en 2004 à Buenos Aires.

Même en Chine, où Twitter est pourtant censuré, des internautes ont réagi. L’un d’eux lance : “remarquable, cette façon de venir en Chine quémander des investissements, tout en ridiculisant la population chinoise”, a jugé l’un d’entre eux. Un autre fait cette proposition à la dirigeante argentine : “et si vous disiez seulement deux phrases en chinois, qu’on puisse entendre votre prononciation ?”.

La Chine est le troisième partenaire commercial de l’Argentine derrière le Mercosur et l’Union européenne.

Ce jeudi, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a refusé de commenter la gaffe de la présidente qui était reçue par le Premier ministre chinois Li Keqiang.