DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : un cessez-le-feu fragile "globalement respecté"


Ukraine

Ukraine : un cessez-le-feu fragile "globalement respecté"

Malgré des incidents isolés, le cessez-le-feu est globalement respecté. C‘était le constat ce dimanche matin de l’armée ukrainienne dans l’Est de l’Ukraine. Le président Petro Porochenko a donné l’ordre de cesser les combats, conformément à l’accord de Minsk II conclu jeudi matin lors d’un sommet. La trêve est entrée en vigueur à minuit la nuit dernière.

Deux civils ont été tués seulement vingt minutes après, à Popasna (région de Lougansk), par des tirs d’artillerie venant d’une zone que Kiev estime être contrôlée par des cosaques dissidents ne respectant pas l’autorité des Républiques séparatistes.

Les forces ukrainiennes ont fait également état de bombardement autour du noeud ferroviaire de Debaltseve, où se sont déroulés les combats, les plus violents ces derniers jours.

A Donetsk, bastion des séparatistes prorusses, des habitants ont savouré une nuit passée dans le calme.

“Ils n’ont pas tiré et mon âme s’en réjouit, racontait un résident. C’est comme si je chantais. Nous avons vraiment besoin de paix, mais pas à n’importe quel prix. Nous voulons juste que les troupes ukrainiennes sortent des frontières de la région de Donetsk”.

“Nous n’avons pas été dormir avant une heure du matin, avant que ça ne devienne calme, indiquait une résidente. Maintenant, nous allons au marché, parce qu’apparemment, c’est paisible. (…) Nous espérons que cela ira”.

Le cessez-le-feu est fragile. Selon l’agence Reuters, un commandant séparatiste prorusse a estimé ce matin que les rebelles avaient le droit de tirer sur la ville de Debaltseve malgré le cessez-le-feu.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Danemark : la police pense avoir tué l'auteur des deux fusillades