DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pourquoi le Danemark est visé


Danemark

Pourquoi le Danemark est visé

Ce week-end a été l’un des plus tragiques de l’histoire du Danemark après le double attentat contre un centre culturel et une synagogue. Attaques comparables à celles contre l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, et le supermarché casher, à Paris en janvier. Des attaques qui ont leur origine au Danemark même.

Le 30 Septembre 2005, l’un des journaux les plus largement diffusés dans le pays, le Jyllands-Posten publie une douzaine des caricatures de Mahomet avec un texte en faveur de la liberté d’expression.

Auteur de la caricature la plus controversée, Kurt Westergaard, 79 ans, reconnaîtra plus tard n’avoir jamais imaginé de telles conséquences : “Je suis juste un dessinateur, et le jour où j’ai fait cette caricature était un jour comme un autre, cette caricature, c‘était un dessin parmi les milliers d’autres que j’ai faits durant presque trente ans…”

Westergaard vit sous protection policière, il a été visé plusieurs fois par des tentatives d’assassinat, comme en janvier 2010, dans sa maison de Aarhus.

Les mois qui suivent la publication des caricatures, les protestations traversent les frontières danoises, et secouent le monde arabe. Manifestations au Liban, en Libye, au Pakistan, au Nigéria, très violentes, elles feront beacoup de victimes. L’Arabie saoudite lance une condamnation des caricatures.

En février 2006, des journaux européens publient les fameuses caricatures en solidarité avec leurs collègues danois. En France, c’est l’hebdomadaire Charlie Hebdo. D’autres le font, en Norvège, en Italie, en Allemagne, en Espagne… au nom de la liberté d’opinion et d’expression.

Et ce 7 janvier 2015, l’attaque contre l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, en pleine conférence de la rédaction, faisait 12 morts, suivie deux jours plus tard par la mort de 4 autres personnes de confession juive prises en otage dans une supérette cacher.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine: faute de trêve, pas de perspectives de retrait des armes lourdes