DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catastrophe nucléaire de Fukushiima : le film des événements quatre ans après

Le tsunami du 11 mars 2011 sur les côtes japonaises a entraîné une autre catastrophe, nucléaire, en frappant la centrale de Fukushima Daiichi.

Vous lisez:

Catastrophe nucléaire de Fukushiima : le film des événements quatre ans après

Taille du texte Aa Aa

11 mars 2011. Pendant six longues minutes, la terre tremble au Japon.
Ce séisme de magnitude 9 est le plus fort jamais enregistré dans l’archipel depuis qu’il existe des machines capables de mesurer l’intensité des secousses.

L‘épicentre se trouve dans l’Océan Pacifique. Une série de vagues commencent à frapper les côtes nippones. De plus en plus haut, de plus en plus fort.

Dans la demi-heure qui suit, c’est un déferlement d’eau qui détruit tout sur son passage. Près de 19.000 personnes sont tuées ou portées disparues.

Malheureusement, cette catastrophe naturelle enclenche une autre catastrophe. Le tsunami frappe la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Les vagues détruisent le système électrique provoquant le refroidissement du système de l’unité 1.

Le 12 mars, une explosion détruit les parois du bâtiment qui abrite un des réacteurs. Pompiers et ingénieurs n’arrivent pas à empêcher la fusion des cœurs de trois des six réacteurs de la centrale. Le pire accident nucléaire de l’histoire depuis Tchernobyl en 1986 est en cours.

C’est aussi le pire désastre pour le Japon depuis la deuxième guerre mondiale.
Il s’agit d‘évacuer la zone de toute urgence. Près de 150.000 personnes doivent quitter leur foyer. Un important périmètre d’exclusion autour de la centrale est établi.

Quatre ans après la catastrophe, les fuites d’eau radioactive et les émissions de radiations posent toujours d’importants problèmes. 85 % des évacués n’ont toujours pas eu l’autorisation pour rentrer chez eux.

La catastrophe de Fukushima avait obligé le Japon à mettre 48 réacteurs à l’arrêt. Mais après de nombreux mois sans énergie nucléaire, le gouvernement veut relancer la production. Quatre réacteurs ont passé les tests de sûreté et seront mis en service en juin. L’opposition a saisi la justice pour l’empêcher. Actuellement, les deux tiers des Japonais se disent ouvertement hostiles à l‘énergie nucléaire.