DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Azerbaïdjan : pleins feux sur Novruz


life

Azerbaïdjan : pleins feux sur Novruz

En partenariat avec

Les saveurs, les couleurs et les symboles de Novruz annoncent un “jour nouveau” : celui de l’arrivée du printemps. À découvrir, depuis Bakou, dans notre premier volet d’Azerbaijan Life.

Tous les ans, 300 millions de personnes à travers le monde célèbre Novruz, une fête millénaire qui marque la fin de l’hiver et le début du printemps et qui annonce la Nouvelle Année dans de nombreux pays d’Asie centrale notamment.

De la Mer Caspienne aux Balkans, en passant pas l’Asie centrale et l’Asie du Sud, Novruz marque l‘équinoxe de printemps.
Depuis 2009, cette célébration figure sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO. La tradition a beau varier d’une région à l’autre, Novruz est fêté partout en Azerbaïdjan. Les préparatifs débutent un mois avant le jour J, comme nous l’explique Seyfaddin Rzasoy, expert en folklore :

“Selon d’anciennes croyances, le monde a été créé à partir de quatre éléments : la Terre, le feu, l’eau et l’air qui, un mois avant Novruz, vont progressivement sortir de leur léthargie. Le dernier mardi avant les festivités, l’air se réveille, la nature respire à nouveau et s‘épanouit.”

Pour découvrir Novruz, plongeons dans la gastronomie locale. Direction le bazar Taza en compagnie de l’un des chefs les plus respectés de Bakou, la capitale azerbaïdjanaise. Véritable paradis pour les gourmets, nous y avons dégusté, entre autres, une variété de prune acide indispensable à la préparation de l’un des plats d’Elmin Sharifov : “nous allons acheter des alchas. Allez-y, goûtez. Elles nous serviront pour la farce du poisson.”

Ces rouleaux de pâte de fruits à base de prune seront utilisés dans la recette du poisson Levenghi. À Elmin, maintenant, de trouver le plus beau spécimen de carpe. Autant d’ingrédients simples que le chef va s’employer à sublimer pour un dîner de Novruz inoubliable.

Elmin Sharifov :
“Ce poisson que nous avons acheté aujourd’hui au marché est un kutum. Nous allons l’utiliser pour la recette de Levenghi, un plat traditionnel originaire de la région de Lankaran, fait à partir de noix, d’oignons et d’alcha (les prunes acides du marché).”

Deuxième plat à l’honneur : le plov.
Une recette centenaire à base de riz présente dans toute l’Asie centrale et le Caucase sous différentes formes. Elmin en propose une variante – le Turshu govurma – qui se compose d’agneau, de chataignes, de raisins et d’abricots.

Novruz est avant tout une fête familiale. Pour Arzu Melikova, c’est même la fête la plus populaire du pays : “Novruz correspond à nos vacances les plus importantes. Cette fête évoque l’enfance. C’est une fête pour les enfants. Chaque année, nous la passons à la maison et toute la famille se réunit.”

Pour l’occasion, Arzu nous a donc ouvert les portes de sa maison où la nourriture tient évidemment une place centrale. -Ici, les recettes, comme les ustensiles de cuisine, se transmettent de génération en génération, nous confie la mère d’Arzu, Khumar Melikova : “cette marmite en cuivre me vient de ma grand-mère. Elle est très ancienne, elle a été fabriquée par des artisans.”

Tout le monde participe à la préparation du repas et tout ce qui se trouve sur la table a un sens caché. On y place notamment sept aliments ou objets dont le nom commence par la lettre S comme le Samani – du blé germé – qui symbolise la fertilité et l’abondance, ou encore cette bague en signe de prospérité.

Naila Melikova, belle-soeur d’Arzu :
“Le Samani doit être présent dans chaque foyer pendant les festivités, car c’est le principal symbole de Novruz. Nous allumons également des bougies et toute la famille se réunit autour de la table. Selon la tradition, il y a autant de bougies que de membres de la famille.”

Il est maintenant l’heure pour Arzu et ses proches de passer à table sous le signe de la richesse, de la longévité et du bonheur.

Le feu et toute sa symbolique sont à également au cœur des célébrations de Novruz et de toute l’histoire de l’Azerbaïdjan, un pays riche en hydrocarbures et connu pour ses feux spontanés de naphte. Le feu purificateur et bienfaiteur que tout un peuple célèbre encore aujourd’hui.

Le temps est venu pour nous de quitter Bakou. Dans notre prochain numéro d’Azerbaijan Life, nous partirons dans les montagnes du Caucase à la découverte de la communauté allemande d’Azerbaïdjan.

Le choix de la rédaction

Prochain article

life

Au fil des îles de la Mer intérieure de Seto