DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Prise d'otages en cours dans une université kényane


Kenya

Prise d'otages en cours dans une université kényane

L’attaque, ce jeudi matin au Kenya d’un campus universitaire a tourné à la prise d’otages. Après avoir revendiqué cet attentat qui aurait fait plus d’une quinzaine de victimes, dont deux policiers, les islamistes somaliens d’Al-Shabaab retiennent à présent plusieurs étudiants à l’intérieur du bâtiment.

L’attaque s’est produite dans la ville de Garissa.

“Pourquoi Garissa? D’abord, car Garissa est proche de la frontière avec la Somalie et que cette ville est la capitale du peuple somalien résidant au Kenya. Par ailleurs, trois hommes ont été tués la semaine dernière, jeudi, ils étaient soupçonnés d’appartenir à Al-Shaabab et ils ont été abattus par les forces de sécurité kényanes. Je pense donc que les événements d’aujourd’hui sont les mesures prises par Al-Shabaab à l’encontre du Kenya. Le pays va payer très cher pour les trois personnes qui ont été tuées jeudi dernier “, explique le journaliste Bashir Ismaïl que nous avons joint par téléphone à Garissa.

Pour l’heure, le centre kényan de gestion des catastrophes dit avoir obtenu des nouvelles de 280 des 815 étudiants du campus. Aucune information cependant sur le nombre d‘étudiants encore retenus par les assaillants.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Nucléaire iranien : les discussions s'éternisent à Lausanne