DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

FIFAgate : "je ne peux pas surveiller tout le monde" se défend Blatter


Suisse

FIFAgate : "je ne peux pas surveiller tout le monde" se défend Blatter

Sepp Blatter a évoqué un tournant pour la FIFA et a dit vouloir combattre la corruption qui sévit dans le football, lors de la cérémonie d’ouverture du 65e congrès de la Fédération internationale à Zurich.

“Je ne peux pas surveiller tout le monde” s’est-il défendu.

C’est ainsi qu’il a balayé toutes les demandes de démission ou de retrait de candidature pour le prochain mandat de président de la FIFA.

“_Je sais que beaucoup de gens me tiennent pour responsable, en dernier ressort, des actions et de la réputation de la communauté mondiale du football, que cela concerne une décision sur l’organisation d’une coupe du monde ou un scandale de corruption.
Nous,.., je ne peux pas contrôler tout le monde tout le temps. Si les gens veulent faire le mal, ils essaieront de le cacher. Mais il m’incombe la responsabilité de la réputation et du bien-être de notre organisation et de trouver un moyen d’avancer pour arranger les choses_”.

Mardi, neuf officiels de la FIFA, d’anciens et actuels élus, de même que cinq cadres de sociétés de marketing sportif ont été inculpés pour des faits de corruption et de blanchiment par la justice américaine.

Sept ont été arrêtés à Zurich et sont en attente d’une demande formelle d’extradition.

La justice leur reproche d’avoir sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Platini demande à Sepp Blatter de démissionner