DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Malaisie : morts suspectes de migrants présumés, l'enquête continue


Malaisie

Malaisie : morts suspectes de migrants présumés, l'enquête continue

Les autorités malaisiennes poursuivent leurs investigations au sujet des tombes découvertes en début de semaine dans la jungle.
Des tombes avec des restes humains qui seraient ceux de migrants venus de Birmanie et du Bangladesh.
Les enquêteurs disent avoir arrêté une dizaine de policiers. Ils sont accusés de complicité avec des trafiquants présumés d‘êtres humains.

Pour plusieurs observateurs, ce sont de véritables réseaux qui avaient été mis en place, avec des passeurs, ainsi que des garde-frontières complices. Cette région servait de zone de transit.

Une partie de ces migrants sont des Rohingyas. Cette minorité de confession musulmane vit en Birmanie mais elle est considérée comme apatride, et est victime de persécutions.

En Birmanie, justement, le sujet semble agacer, au point que certains Birmans sont descendus dans la rue ce mercredi. Dans une manifestation organisée à Rangoon, ces bouddhistes nationalistes ont accusé l’ONU de trop en faire en faveur les Rohingyas.

Cela témoigne en tout cas du sentiment anti-musulman dans ce pays, un climat qui contribue à accélérer l’exode des Rohingyas.

Ces dernières semaines, plus de 3.500 migrants sont arrivés par la mer en Thaïlande, en Malaisie et en Indonésie.

Un sommet régional se tient sur le sujet à Bangkok en Thaïlande, à partir de ce vendredi.

- avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Prochain article

monde

Angola : six mois de prison avec sursis pour un journaliste