DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Grèce, le pays redoute de nouvelles politiques d'austérité

En Grèce, alors qu’une aide de 12 milliards d’euros est négociée avec les créanciers à Bruxelles, le pays redoute de nouvelles mesures d’austérité

Vous lisez:

En Grèce, le pays redoute de nouvelles politiques d'austérité

Taille du texte Aa Aa

En Grèce, alors qu’une aide de 12 milliards d’euros est négociée avec les créanciers à Bruxelles, le pays redoute de nouvelles mesures d’austérité. Les membres du gouvernement à Athènes se veulent rassurants : ils affirment qu’ils n’accepteront pas de mesures aggravant la pauvreté.

Giorgos Katrougalos, Ministre grec de la Fonction publique et de la Réforme administrative :
«Depuis le début , le gouvernement grec demande et continue de chercher un accord qui sera un compromis honorable, en abordant la question de la dette et en redémarrant l‘économie grecque, sans placer à nouveau le fardeau sur les pauvres et les nécessiteux.”

Mais les économistes du pays sont pessimistes, ils affirment que quelque soit l’accord, le résultat sera toujours le même…encore plus de récession pour le pays.

Panayotis Petrakis, professeur d‘économie : “Après cinq ans de récession, il semble que nous ayons une fois de plus une proposition de politique économique menant à encore plus de récession. Ceci peut provoquer une instabilité politique, et les Grecs risquent d‘être méfiants vis-à-vis de l’euro.”

Sur place les observateurs prédisent un référundum ou même de nouvelles élections, pour faire face au poids de l’aile gauche du parti au pouvoir. Même s’il parvient à un accord de dernière minute avec les créanciers du pays, les problèmes de M. Tsipras sont loin d‘être terminés, car dès son retour de Bruxelles, il devra faire face aux extrémistes de gauche de son parti qui sont totalement opposés à toute accord qui pourrait contenir plus d’austérité.