DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dix ans après, le Royaume-Uni se souvient des attentats de Londres

Le Royaume-Uni a observé une minute de silence ce mardi en hommage aux victimes des attentats d’il y a dix ans à Londres. Trois rames du métro

Vous lisez:

Dix ans après, le Royaume-Uni se souvient des attentats de Londres

Taille du texte Aa Aa

Le Royaume-Uni a observé une minute de silence ce mardi en hommage aux victimes des attentats d’il y a dix ans à Londres. Trois rames du métro avaient été visées, l’une circulant vers la station de Aldgate, une autre entre Russell Square et Kings Cross, et la troisième venant de quitter Edgware Road. A 8 heures 50 précises ce 7 juillet 2005, trois bombes explosent. A 9 h 47, à Tavistock Square, un quatrième kamikaze fait exploser un bus.

Point of view

"C'est un jour où nous nous rappelons la menace à laquelle nous sommes toujours confrontés." (David Cameron)

Le maire de Londres, Boris Johnson et le Premier ministre David Cameron ont déposé des gerbes au monument érigé à Hyde Park à la mémoire des 52 personnes tuées. Une journée gravée dans la mémoire du pays, a insisté David Cameron.

“En ce jour, nous nous souvenons de l’incroyable résolution et détermination des Londoniens et du Royaume-Uni, a déclaré le chef du gouvernement. C’est un jour où nous nous rappelons la menace à laquelle nous sommes toujours confrontés. Mais avant tout, nous pensons à la dignité des familles de victimes face à tout ce qu’elles ont traversé.”

Gill Hicks est l’une des rescapées. Elle a perdu ses deux jambes, mais est toujours en vie aujourd’hui, grâce à un policier, Andrew Maxwell, qui est parvenu à l’extraire du métro. Gill était à quelques centimètres du kamikaze qui a fait sauter la rame qu’elle avait prise à King’s Cross.

“En quoi le fait de m’enlever mes jambes et, plus grave encore, de voler la vie de tant d’innocents est-il en mesure de servir une cause quelle qu’elle soit ? s’interroge Gill Hicks. Je ne vois aucun aboutissement à la terrible tragédie que nous avons connue ici à Londres il y a dix ans et que nous continuons d’observer aujourd’hui dans le monde.”

A Tavistock Square, une plaque honore la mémoire des treize victimes du bus de la ligne 30 qui avait explosé tout près d’ici.

Esther Hyman, se rappelle ce jour. Sa soeur Myriam, 32 ans, était dans ce bus,
“J’ai entendu qu’il y avait eu une explosion dans un bus et je me suis dit, mon Dieu, s’il y a des explosions dans le métro et ensuite dans un bus, je ne sais pas où ça va s’arrêter, raconte Esther Hyman. Mais bien sûr, je ne me suis pas rendue compte tout de suite que ma soeur était en fait dans ce bus.”

Ce mardi, un hommage religieux a été rendu à la cathédrale Saint Paul où les noms des 52 victimes ont été égrainées.

Les quatre personnes portant les bougies sur lesquelles étaient inscrits les noms des sites fatidiques, ont été choisies parmi les premiers à avoir porté secours au victimes. Le chauffeur du bus de Tavistock Square était là lui aussi.

2:25 end