DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Burundi : faible participation pour une présidentielle sous haute tension

Pierre Nkurunziza brigue un troisième mandat présidentiel jugé anticonstitutionnel par l'opposition, qui a appelé au boycott du scrutin.

Vous lisez:

Burundi : faible participation pour une présidentielle sous haute tension

Taille du texte Aa Aa

Au Burundi, Pierre Nkurunziza se dirige vers un troisième mandat présidentiel, très contesté par l’opposition qui a appelé au boycott du scrutin. C’est en vélo et en jogging que le président s’est rendu à son bureau de vote. Il a de quoi être confiant, car outre, Agathon Rwasa, son principal opposant, qui n’a pas vraiment fait campagne, il a face à lui des petits candidats considérés comme proches du pouvoir.

Point of view

On doit permettre à la population burundaise d'élire des dirigeants de confiance.

‘‘On doit permettre à la population burundaise d‘élire des dirigeants de confiance, mais aussi de choisir parmi plusieurs programmes celui qui convient le mieux, a déclaré à la presse Pierre Nkurunziza, après avoir glissé son bulletin dans l’urne. Ces programmes doivent guider la population à choisir le meilleur candidat, celui qui va permettre de développer le pays, mais aussi de consolider les acquis de la démocratie, de la paix et de la sécurité dans notre pays.’‘

Cette élection se déroule sous très haute tension. Un policier et un civil ont été abattus avant l’ouverture des bureaux de vote.
Par ailleurs, de nombreux électeurs étaient victimes d’intimidations, venant à la fois de partisans de l’opposition et du pouvoir. Conséquence de ce climat d’insécurité et des appels au boycott du scrutin, le taux de participation était très bas.

Le troisième mandat présidentiel brigué par Pierre Nkurunziza est jugé anticonstitutionnel par l’opposition, qui a qualifié cette élection de ‘‘mascarade’‘.