EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Burundi : faible participation pour une présidentielle sous haute tension

Burundi : faible participation pour une présidentielle sous haute tension
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pierre Nkurunziza brigue un troisième mandat présidentiel jugé anticonstitutionnel par l'opposition, qui a appelé au boycott du scrutin.

PUBLICITÉ

Au Burundi, Pierre Nkurunziza se dirige vers un troisième mandat présidentiel, très contesté par l’opposition qui a appelé au boycott du scrutin. C’est en vélo et en jogging que le président s’est rendu à son bureau de vote. Il a de quoi être confiant, car outre, Agathon Rwasa, son principal opposant, qui n’a pas vraiment fait campagne, il a face à lui des petits candidats considérés comme proches du pouvoir.

‘‘On doit permettre à la population burundaise d‘élire des dirigeants de confiance, mais aussi de choisir parmi plusieurs programmes celui qui convient le mieux, a déclaré à la presse Pierre Nkurunziza, après avoir glissé son bulletin dans l’urne. Ces programmes doivent guider la population à choisir le meilleur candidat, celui qui va permettre de développer le pays, mais aussi de consolider les acquis de la démocratie, de la paix et de la sécurité dans notre pays.’‘

Cette élection se déroule sous très haute tension. Un policier et un civil ont été abattus avant l’ouverture des bureaux de vote.
Par ailleurs, de nombreux électeurs étaient victimes d’intimidations, venant à la fois de partisans de l’opposition et du pouvoir. Conséquence de ce climat d’insécurité et des appels au boycott du scrutin, le taux de participation était très bas.

Le troisième mandat présidentiel brigué par Pierre Nkurunziza est jugé anticonstitutionnel par l’opposition, qui a qualifié cette élection de ‘‘mascarade’‘.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Burundi : une histoire tourmentée

Trump confond le nom de son médecin tout en accusant Biden de déclin cognitif

Des élections législatives à haut risque pour l'ANC en Afrique du Sud