DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crise des migrants : la police évacue la gare de Budapest


Hongrie

Crise des migrants : la police évacue la gare de Budapest

La gare internationale de Budapest, a été évacuée. Plus de 500 migrants occupaient les lieux. Des syriens pour la grande majorité, qui cherchent à rejoindre l’Allemagne par le train. La police ne laisse plus rentrer que des passagers munis de billets ou des voyageurs avec visas. Une manifestation spontanée a été organisée par des migrants en colère.

“Regardez mon fils. Regardez ce qui lui est arrivé. On l’a frappé à la tête. Ils l’ont poussé.” crie une femme disant venir de Syrie.

Pour le seul mois d’août, 50 000 migrants sont entrés en Hongrie. Tous repartent vers l’Allemagne, qui vient d’assouplir ses règles d’accueils des réfugiés de pays en guerre.

“On a payé nos billets. On ne les as pas volés.” crie un homme. “Vous dites que vous vous préoccupez de droits de l’homme. On en a besoin d’un tout petit peu, pas tous les droits, juste quelques-uns, de la sécurité, c’est tout.”

L’Allemagne s’attend à recevoir cette année près de 800 000 réfugiés venant de pays en guerre, un chiffre record. Dans les deux gares de Budapest, près de 2000 nouveaux migrants arrivent tous les jours, dans la plus grande confusion.

Ces enfants sont des réfugiés syriens et afghans photographiés à Budapest par notre journaliste Nora Shenouda. Les clich…

Posted by euronews on Tuesday, 1 September 2015

Les précisions de notre envoyée spéciale, Andrea Hajagos pour Euronews:
“La plupart de ces réfugiés sont en colère car ils ne comprennent pas pourquoi ils ont pu acheter leurs tickets très chers, mais ils ne sont pas autorisés à monter dans les trains.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un raid de Tsahal en Cisjordanie tourne à l'affrontement