DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Pologne : la légende du ''train nazi'' déchaîne les passions


Pologne

Pologne : la légende du ''train nazi'' déchaîne les passions

ALL VIEWS

Touchez pour voir

La légende du ‘‘train nazi’‘ disparu n’en finit plus d’alimenter les fantasmes et d’attirer les chasseurs d’or. Deux d’entre eux, un Allemand et un Polonais, ont affirmé récemment avoir localisé, grâce à un radar de sol, un convoi long de plus de cent mètres, à l’intérieur duquel se trouvaient des objets de valeur ainsi que des métaux précieux et des armements.

La découverte, qui laisse de nombreuses personnes sceptiques, déchaîne les passions : “Cette histoire a tous les ingrédients d’un bon thriller, parce que c’est de l’aventure, souligne Ed White, journaliste au Daily Mail. On a de l’or, des trains cachés, des nazis… Tous les ingrédients sont là.”

C’est à Wałbrzych, en Basse-Silésie, où les nazis avaient construit un important réseau de tunnels, que le train aurait disparu à la fin de la Seconde Guerre mondiale, emportant avec lui ses mystères et ses trésors. Et la région n’hésite pas à alimenter la légende, comme l’explique Anna Zabska, directrice d’un musée local : “La ruée vers l’or qui s’est propagée, on peut dire autour du monde, nous a poussés à lancer une campagne publicitaire. Nous avons notamment décidé de changer légèrement le nom de la ville et d‘écrire ‘‘WAUłbrzych’‘, avec AU, qui est le symbole chimique de l’or.

La Pologne a décidé de mobiliser des moyens techniques militaires pour vérifier l’existence de ce train. Des patrouilles de police sont également déployées sur la zone pour empêcher les chasseurs de trésor de procéder à des fouilles dangereuses, en particulier aux abords des rails, où des trains sont toujours en circulation.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Ukraine : le bilan s'alourdit à 3 policiers morts après les affrontements devant le Parlement