DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le WOMEX, rendez-vous incontournable des musiques du monde


le mag

Le WOMEX, rendez-vous incontournable des musiques du monde

En partenariat avec

Les nouveaux entrants sont le Kosovo, le Chili, la Tunisie, et pour intégrer le club, il suffit simplement d’exhiber son patrimoine musical… Bienvenue au Womex, le Salon international de musique du monde, qui s’est tenu pour la première fois à Budapest en Hongrie.

A travers les allées du salon ou dans salles de concert se retrouvent des représentants de maisons de disque, des producteurs, des programmateurs ou encore des artistes.
Environ 3000 personnes étaient présentes à l’occasion de cette édition.

Pour les professionnels de ce genre musical, le Womex est un rendez-vous annuel incontournable.

“Cette année nous représentons un chanteur brésilien, Renato Baccarat, et un chanteur tunisien Jawhar. Donc c’est très large. Nous venons chaque année au Womex pour rester connectés avec la scène mondiale des musiques du monde”, explique Alex Davidson, producteur pour le label Naff Records.

Cette année, le Prix de l’excellence professionnelle com/programme/womex_award a été remis à un producteur iranien, Ramin Sadighi, fondateur du label Hermès Records.

“Certains disent que la scène musicale en Iran n’est pas très riche alors que c’est absolument le contraire. Nous vendons toujours des disques en Iran, nous apprécions énormément les concerts en Iran, et il y a une scène musicale très intellectuelle”, a-t-il estimé.

La musique du monde qui a connu son âge d’or au début des années 2000, reste un genre récent et en pleine mutation.

“Les musiques du monde, ces 20 dernières années, sont devenues plus ouvertes. Il y a plus d‘électronique, de rencontres entre les différents style, c’est beaucoup plus varié”, résume le directeur du WOMEX Alexander Walter.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Le "théâtre de nécessité" de la compagnie russe KnAM