Cet article n'est pas disponible depuis votre région

COP 21 : le mois d'octobre le plus chaud de l'Histoire

Access to the comments Discussion
Par Euronews
COP 21 : le mois d'octobre le plus chaud de l'Histoire

<p>La planète vient de connaître le mois d’octobre <a href="http://blogs.discovermagazine.com/imageo/2015/11/17/global-warming-in-october-obliterated-previous-record-for-month/#.Vk2vEFL0epM">le plus chaud</a> de son histoire. A l’approche de la <span class="caps">COP</span> 21, les données de la <span class="caps">NASA</span> publiées cette semaine montrent les <a href="http://mashable.com/2015/11/17/october-crosses-global-warming-threshold/#QR2EfCngtaqU">températures les plus élevées</a> jamais enregistrées pour cette période depuis 1880.</p> <h3>El Niño aggrave la situation</h3> <p>En cause, les activités humaines, mais aussi le courant marin El Nino, particulièrement fort cette année. “On a beaucoup de preuves indiquant que le climat est en train de changer”, souligne Anny Cazenave, chercheur au sein du <span class="caps">LEGOS</span>-<span class="caps">CNES</span>, le <br /> laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales. “Les températures montent, les glaces fondent, l’océan se réchauffe, la mer monte, et ces <a href="http://www.ncdc.noaa.gov/sotc/global/201510">observations</a> sont absolument sans équivoque. Le futur va vraiment dépendre de ce que nous, les humains, allons décider de faire dans les années qui viennent, et je pense que la réunion à Paris sur le climat, le <span class="caps">COP</span> 21, va être un événement absolument crucial”. </p> <p>Un record battu avec des températures supérieures d’un degré à la moyenne habituellement observée pour ce mois de l’année. Une évolution qui semble inexorable, sauf à prendre enfin les décisions pour limiter les émissions de gaz à effet de serre. “Le principal problème réside dans l’inertie et le lobbying que l’on observe dans l’industrie traditionnelle de l‘énergie”, note Vladimir Chuprov, responsable du programme énergétique en Russie au sein de Greenpeace. “Bien sûr, ils ne veulent pas partager les bénéfices générés, et veulent maintenir le statu quo. Evidemment, ni les énergies renouvelables ni les technologies à économie d‘énergie n’ont de chance de se faire une place dans un futur proche”. </p> <p>Faute de changement de cap, les phénomènes météorologiques extrêmes devraient s’intensifier. Des pluies diluviennes aux vagues de sécheresse inédites qui devraient durement affecter les ressources agricoles.</p>