DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Russie ne va pas "déclarer la guerre à la Turquie"

Les tensions restent fortes en la Turquie et la Russie après la destruction mardi d’un chasseur bombardier russe par l’armée turque. Euronews a

Vous lisez:

La Russie ne va pas "déclarer la guerre à la Turquie"

Taille du texte Aa Aa

Les tensions restent fortes en la Turquie et la Russie après la destruction mardi d’un chasseur bombardier russe par l’armée turque.
Euronews a interrogé l’ambassadeur russe auprès de l’Union européenne, Vladimir Chizhov.

Euronews:
« La Turquie accuse la Russie d’avoir violé son espace aérien de façon provocante. Quelle part de responsabilité la Russie est prête à reconnaître ? »

Vladimir Chizhov:
« Ce n’est pas le cas d’une violation de l’espace aérien turc. Que cela soit volontaire ou involontaire. A la vitesse que ces appareils peuvent avoir en vol, l’entrée ou la sortie de l’espace aérien d’un pays voisin serait de quelques secondes. Un temps beaucoup plus court que celui qu’il faut pour mobiliser des avions de combat de turc, les faire décoller et détruire l’appareil russe, c’est donc une indication claire que cet incident a été planifié. »

Euronews:
« La Turquie doit-elle s’attendre à des mesures de représailles de la part de la Russie ou à des actions en réponse à cet incident? »

Vladimir Chizhov:
« Bien évidemment d’un point de vue militaire nous n’allons pas déclarer la guerre à la Turquie. Mais les prochaines opérations aériennes des forces russes en Syrie seront plus lourdement protégées. »

Euronews:
« La Russie recommande déjà à ses ressortissants de ne plus se rendre en Turquie? »

Vladimir Chizhov:
« C’est un avertissement décidé avant tout dans l’intérêt des citoyens russes. Bien évidemment cet incident, cette provocation de la part de la Turquie, aura certainement un impact négatif sur les relations bilatérales. »

Euronews:
« La Russie a perdu des hommes depuis le début de son intervention en Syrie il y a un peu plus d’un mois. Regrettez-vous d’avoir attaqué les premiers? »

Vladimir Chizhov:
« C’est une guerre qui se déroule actuellement. Malheureusement des personnes, particulièrement des militaires, sont tuées. C’est évidemment un événement tragique. Nous avons perdu un pilote. L’un des deux membres de l‘équipage à bord du bombardier SU-24 ainsi qu’un de nos marins. »

Euronews:
« Il y a eu aussi plus tôt les passagers d’un vol détruit à priori par une bombe au dessus du Sinaï. La Russie a-t-elle bien fait d’intervenir en Syrie? »

Vladimir Chizhov:
« Cela aurait été, comme on le dit en Russie, la philosophie de l’autruche. Autrement dit cacher sa tête dans le sable et croire que cela ne ferait aucun mal. Mais le fléau du terrorisme international est omniprésent et nous savons tous par exemple que près de 2 000 citoyens russes se battent en Syrie aux côtés du groupe État islamique ou d’autres groupes terroristes. Et la dernière chose que nous voulons c’est voir ces gens revenir en Russie. Ce que nous faisons c’est contenir toute progression de Daech vers la Russie, ses alliés et ses voisins. »