DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Achat de pétrole de Daech par la Turquie : la Russie précise ses accusations


monde

Achat de pétrole de Daech par la Turquie : la Russie précise ses accusations

La Russie accuse la Turquie d’acheter du pétrole à Daech et d’en faire profiter directement le président Erdogan et sa famille. Des accusations très graves assénées par le vice-ministre russe de la Défense, Anatoli Antonov, et censées être étayées par ces images satellite présentées comme montrant les routes d’acheminement du pétrole acheté au groupe terroriste.

“La Turquie, a déclaré Anatoli Antonov, est le principal consommateur de ce pétrole volé à ses propriétaires légitimes, la Syrie et l’Irak. Selon nos renseignements, les plus hauts dirigeants turcs sont impliqués dans ce commerce criminel, y compris le président Erdogan et sa famille”.

Quand Moscou a lancé ses premières accusations il y a deux jours, le président turc a promis de démissionner si les Russes apportaient la preuve de ce qu’ils avançaient.

Recep Tayip Erdogan est toujours aussi sûr de lui et crie à la diffamation :
“La Turquie n’a pas perdu ses valeurs morales, elle n’achète pas de pétrole à une organisation terroriste. Nous observons les réactions russes disproportionnées avec tristesse. Le monde entier accepte le fait que nous avons raison sur ce dossier. Si la Russie continue, nous serons forcés de prendre nos propres mesures”.

La Russie a aussi décidé de rétablir les visas pour les citoyens turcs, des restrictions dans le secteur touristique et sur l’importation des produits turcs.

Les conséquences de la destruction d’un chasseur russe par l’aviation turque il y a une semaine – le pilote tué a été enterré ce mercredi – n’en finissent plus de rebondir et ralentissent par ailleurs la mise en place d’une réelle alliance internationale contre l’Etat islamique.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Vote imminent du Parlement britannique sur les frappes en Syrie