DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'entreprise sociale prend de l'ampleur


business planet

L'entreprise sociale prend de l'ampleur

L’entreprise sociale, c’est une réponse innovante aux défis de la société. C’est un vrai nouveau business model en Europe.

Loïc Van Cutsem, directeur de Manager, Oksigen.eu : “L’entrepreneuriat social est un mouvement qui prend de l’ampleur dans le monde entier. En Europe, cela représente plus ou moins 5% de la population active. Mais au-delà de ça et c’est ce qui est intéressant, ce phénomène incite des entreprises plus classiques à repenser leur manière de faire du business “.

L’entreprise sociale

  • 1 nouveau chef d’entreprise sur 4 en Europe est un chef d’entreprise sociale.
  • En 2015 les entreprises d‘économie sociale, comme les coopératives, les mutuelles, les associations, ou les fondations représentent 10% du PIB de l’UE et 6% de la population active.
  • L’objectif principal de l’entreprenariat social est d’avoir un impact sociétal ou environnemental plutôt que de maximiser un profit pour les propriétaires ou actionnaires.
  • L’accès au financement est un problème majeur rencontré par de nombreux entrepreneurs sociaux. Le crowdfunding pourrait les aider à atteindre de nouvelles sources de financement.
  • Permafungi est une entreprise d‘économie sociale belge qui a réussi à lever des fonds par le biais d’une campagne de crowdfunding sur OksigenCrowd, co- financé par la Commission européenne.

Liens utiles

Ces entreprises sont présentes dans de nombreux secteurs, et notamment dans celui de l‘économie circulaire.
A Bruxelles, une entreprise sociale récolte chaque mois une tonne et demie de marc de café dans 8 restaurants. Ce déchet récupéré va servir d’engrais pour produire des champignons. Une fois la production terminée, le marc de café est réutilisé à nouveau comme engrais, mais cette fois par des agriculteurs.

L’entreprise produit chaque mois 3 à 400 kilos de pleurotes fraits et bios, qui sont vendus sur les marchés. Elle fabrique également des kits qui permettent de faire pousser les champignons à la maison. Autre aspect intéressant du projet, il permet de créer des emplois locaux et non-délocalisables, pour du personnel peu qualifié qui a parfois du mal à accéder au marché du travail.

William Berger, employé chez PermaFungi: “ça m’a apporté le sens des responsabilités, beaucoup de confiance en moi. Maintenant, je suis capable d’aller vers les gens, et de discuter avec eux tranquilement.”

Lancée il y a un an et demi, l’entreprise emploie désormais 6 personnes. Et compte bien diversifier sa gamme de produits.

Martin Germeau, co-fondateur de PermaFungi: «A partir du mycelium, qui est la base du champignon, on peut produire par exemple des panneaux isolants. Et avec le marc de café, il y a aussi différentes applications comme par exemple du savon.”

L’idée est avant tout de créer une dynamique, un nouveau modéle entrepreneurial, comme l’explique Martin Germeau : “Notre objectif n’est pas de devenir une énorme champignonière, mais plutôt d’aider d’autres entrepreneurs sociaux à créer leurs propres champignonières dans différents endroits… A Bruxelles, il y a 5000 tonnes de marc de café produit par an, ça représente un potentiel de 1000 tonnes de pleurotes à produire localement.”

Ce modèle d’entreprises sociale, en particulier dans le domaine de l‘économie circulaire, est extrêment prometteur. Le financement participatif est d’ailleurs un bon moyen de lever des fonds pour ce genre de projets.
Martin Germeau a décroché plus de 10,000 Euros grâce au crowdfunding.

Serge Rombi, euronews :
“Est-ce que ça veut dire que ce système de crowdfunding est adapté aux entreprises sociales ?

Loïc Van Cutsem, Oksigen.eu:
“Oui, je pense. On observe une tendance de fond. De plus en plus de gens veulent donner du sens à leur argent et à leur travail, et le crowdfunding est une réponse adéquate puisqu’il leur permet de soutenir directement ces entreprises sociales.”

Serge Rombi: “On vient de le voir avec l’exemple de Martin : l’entreprise sociale, c’est possible et ça fonctionne.”

Loïc Van Cutsem: “Oui, et il existe de plus en plus de disposititifs spécifiques dans les différents pays européens qui permettent de vous accompagner et de vous financer.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

business planet

Copernicus : les opportunités tombent du ciel !