DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Iraniens pessimistes au lendemain de la levée des sanctions internationales

Les Iraniens ne sont pas particulièrement optimistes au lendemain de la levée de la plupart des sanctions qui pesaient sur la République islamique

Vous lisez:

Les Iraniens pessimistes au lendemain de la levée des sanctions internationales

Taille du texte Aa Aa

Les Iraniens ne sont pas particulièrement optimistes au lendemain de la levée de la plupart des sanctions qui pesaient sur la République islamique. Téhéran ouvre un nouveau chapitre dans ses relations internationales, mais la population semble douter que cela puisse changer profondément son quotidien, dans l’immédiat du moins. Certains craignent notamment que les fonds et comptes débloqués ne servent surtout à financer des groupes étrangers, en Syrie ou ailleurs.

Qu’en pensent les habitants de ce pays en récession où l’inflation frôle aujourd’hui encore les 13 % ?

“La levée des sanctions est un grand succès pour le gouvernement, et je l’en félicite, mais je ne m’attends pas à des changements dans l’immédiat, estime Saeed Yavary, patron de la société informatique Tejarat Mandegar. Il faudra du temps avant de voir des effets concrets.”

“Je ne pense pas que l’on voit des résultats probants dans un avenir proche, explique un autre Iranien. Nous ne devons pas nous attendre à des changements demain matin, mais bien sûr que cela aide l’Iran d’avoir de meilleures relations avec d’autres pays. Cela ne peut être que bénéfique pour l‘économie.”

“C’est arrivé trop tard, mais c’est tout de même positif pour l‘évolution de l’Iran. Et peut-être qu’enfin ceux qui nous gouvernent pourront s’intéresser au bien-être de la population”, ajoute une jeune femme.

“Une fois de plus, les portes des relations internationales sont ouvertes, des portes restées closes ces dernières années. Mais maintenant, ls gens se tournent vers le gouvernement pour voir comment il résoudra les problèmes économiques avec cette nouvelle donne”, conclu notre correspondant à Téhéran, Javad Montazeri.