DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : la ministre de la Justice, Christiane Taubira, jette l'éponge


France

France : la ministre de la Justice, Christiane Taubira, jette l'éponge

Sa position au sein du gouvernement français n‘était plus tenable. Christiane Taubira a démissionné de son poste de ministre de la Justice. La décision a été prise samedi, avant le voyage officiel de François Hollande en Inde. Elle a été annoncée mercredi matin dans un communiqué de l’Elysée.

Christiane Taubira s’est exprimée sur Twitter, dans un message philosophique dont elle a le secret : “Résister, c’est partir.”

L’annonce intervient le jour même où elle devait défendre, devant la commission des Lois du parlement, la réforme constitutionnelle voulue par François Hollande après les attentats du 13 novembre. Une réforme à laquelle elle était publiquement opposée, notamment parce que le texte prévoit une déchéance de nationalité pour les Français binationaux condamnées pour terrorisme.

Originaire de Cayenne, Christiane Taubira était un pilier du gouvernement depuis la victoire de François Hollande en 2012, icône de la gauche dont le nom restera notamment associé au mariage pour tous, à la réforme pénale – avec l’introduction de la contrainte pénale, une peine de probation alternative à la prison – et à la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité.

Elle était régulièrement la cible de la droite et d’extrême-droite qui l’accusait notamment de laxisme. Sa démission a été saluée sur les réseaux sociaux par plusieurs députés LR comme Eric Ciotti et Gérard Darmanin ainsi que Florian Philippot du Front national.

Christiane Taubira est remplacée par Jean-Jacques Urvoas, un proche de Manuel Valls. Ce juriste de formation, expert des questions de sécurité, présidait jusqu’alors la commission des lois de l’Assemblée nationale. Il s‘était notamment opposé à l’ancienne Garde des Sceaux sur la question du renseignement pénitientiaire à la suite des attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Rome sous le feu des critques au lendemain de la visite du président iranien