DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crise migratoire : les polices de cinq pays mettent au moint un formulaire d'enregistrement commun


monde

Crise migratoire : les polices de cinq pays mettent au moint un formulaire d'enregistrement commun

Tandis que plusieurs pays de l’Union envisagent l‘édification de nouvelles barrières physiques pour stopper le flux incessant de migrants, les directeurs des services de police de cinq pays (dont l’Autriche, la Croatie, la Slovénie et la Serbie) se sont réunis mercredi à Skopje dans l’ex-République yougoslvae de Macédoine. Avec un objectif : renforcer la coordination des contrôles de police entre tous les pays de transit.

“Ce dont nous avons besoin, explique Goranco Savkovski, le chef de la police macédonienne, c’est d’un document standardisé pour les migrants et nous nous sommes mis d’accord sur ce que doit contenir ce document qui doit provenir des pays d’accueil des migrants.

Ni l’Allemagne, principal pays de destination, ni la Grèce, principal point d’entrée des demandeurs d’asile n‘étaient à la table des discussions. Mais l’idée est bien d‘échanger en temps réel des informations entre tous les services de police concernés afin de savoir si les réfugiés pourront ou non se rendre en Autriche ou en Allemagne.
Depuis le début de l’année plusieurs dizaines de milliers de réfugiés ont franchi la frontière macédonienne.

Fin janvier, le Premier ministre hongrois a de nouveau demandé aux pays voisins de la Hongrie d‘édifier des clôtures pour stopper le flux des migrants. “Se plaindre que la Grèce ne protège pas ses frontières n’est pas suffisant, nous devons nous comporter en hommes et dire que nous attendons la construction d’une clôture aux frontières de la Grèce avec la Macédoine et la Bulgarie pour stopper la vague des migrants”, a déclaré le Premier ministre hongrois Viktor Orban lors d’une conférence de presse commune avec son homologue slovène Miro Cerar au château de Brdo (Slovénie).
Le Premier ministre centriste Miro Cerar a jugé que si les pays européens “n‘étaient pas capables de trouver et mettre en oeuvre une solution efficace en Grèce, comme c‘était prévu, nous avons besoin d’agir immédiatement là où ça peut être efficace”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Une conférence des donateurs à Londres pour aider les réfugiés syriens