DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

10 faits essentiels pour comprendre le conflit du Haut-Karabagh

Comment expliquer les racines du conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan ? Dix points pour vous aider à y parvenir.

Vous lisez:

10 faits essentiels pour comprendre le conflit du Haut-Karabagh

Taille du texte Aa Aa
  • Le Haut-Karabagh est majoritairement peuplé d’Arméniens (80%). Ce territoire avait été intégré à la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, l’une des 15 républiques formant l’URSS.
  • Après l‘éclatement de l’URSS, l’Azerbaïdjan proclame son indépendance en 1991. Quelques jours plus tard, le Haut-Karabagh déclare, à son tour, son indépendance. La République du Haut-Karabagh n’est cependant pas reconnue par les organisations internationales.

  • Entre 1990 et 1992, l’Azerbaïdjan organise un blocus autour du Haut-Karabagh. L’Arménie se lie avec la région indépendantiste. Cela provoque une “crise humanitaire” : plus de 30 000 décès et plus d’une centaine de milliers de réfugiés sont à déplorer pendant cette période.
  • Le conflit Armeno-azeri est en “stand-by” depuis 1994, date du “cessez-le-feu” organisé par le groupe de Minsk (créé par l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe). les hostilités ont repris la nuit du 1er au 2 avril 2016. Elles ont depuis provoqué la mort de plus de 60 personnes et 200 blessés environ.
  • Une “ligne de contact” avait été définie pour limiter les conflits. Les deux camps l’ont sans cesse franchie pour des attaques qui ont provoqué quelques dizaines de morts depuis 1994.
  • Le groupe de Minsk doit se réunir aujourd’hui pour trouver une solution à ce “conflit gelé” depuis plus de 20 ans.
  • Si un cessez-le-feu a bien été mis en place depuis 1994, aucun traité de paix n’a été signé.
  • En 2008, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont signé une déclaration appelant à une résolution pacifique de ce conflit.
  • Selon la communauté internationale, le Haut-Karabagh est Azéri. La population régionale se sent plutôt indépendante ou arménienne.
  • C’est une zone stratégique pour l’acheminement d’hydrocarbure.