DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie : "Voler quand on est pauvre et affamé n'est pas un crime"

C'est l'histoire d'un sans abri qui a dû passer à trois reprises devant la justice italienne pour avoir tenté de voler quatre euros de nourriture dans un supermarché. Il a finalament été acquitt

Vous lisez:

Italie : "Voler quand on est pauvre et affamé n'est pas un crime"

Taille du texte Aa Aa

C’est l’histoire d’un sans abri qui a dû passer à trois reprises devant la justice italienne pour avoir tenté de voler quatre euros de nourriture dans un supermarché. Il a finalement été acquitté, cinq ans plus tard…

Point of view

Les conditions de l'accusé et les circonstances dans lesquelles il a pris les aliments démontrent qu'il a pris ce peu de nourriture pour faire face à une exigence immédiate

Cet homme, âgé d’une trentaine d’années, s’appelle Roman Ostriakov. Il est originaire d’Ukraine. En 2011, il est arrêté après avoir tenté de voler des saucisses et deux morceaux de fromage dans un supermarché à Gênes. C’est un client qui l’a dénoncé à la sécurité.

L’individu, présenté comme un récidiviste, est alors condamné à six mois de prison et à une amende de 100 euros, qu’il est incapable de payer. Une peine confirmée lors de son procès en appel.

Mais le verdict a finalement été annulé par la Cour de cassation. Les juges ayant insisté sur l’aspect humain de ce dossier :

“Les conditions de l’accusé et les circonstances dans lesquelles il a pris les aliments démontrent qu’il a pris ce peu de nourriture pour faire face à une exigence immédiate (…) Et comme on ne peut vivre à moins de s’alimenter, il a donc agi en état de nécessité”

“Dans un pays civilisé, même le pire des hommes ne doit pas mourir de faim”, écrit de son côté La Stampa dans son éditorial. Le quotidien salue cette décision de justice, dans un contexte marqué par une hausse de la pauvreté et des inégalités. Le journal rappelle que, chaque jour, en Italie, 615 personnes passent en dessous du seuil de pauvreté.