Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Migrants : un navire bondé chavire au large des côtes libyennes

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP, Reuters
Migrants : un navire bondé chavire au large des côtes libyennes

<p>Des images terribles prises par la Marine italienne, au large de la Libye, montrent un bateau en train de chavirer, avec à son bord près de 600 migrants. La grande majorité a pu être secourue. Les sauveteurs ont repêché cinq corps. Un bilan qui pourrait s’alourdir.</p> <p>Mardi, les garde-côtes italiens annonçaient avoir secouru 5.600 migrants en l’espace de 48 heures, lors de diverses opérations en mer. Parmi eux, des femmes enceintes, des enfants qui ont débarqué dans le port sicilien de Palerme.</p> <p>Depuis janvier, 40.000 personnes sont arrivées sur les côtes italiennes, selon le <span class="caps">HCR</span>.</p> <h3>Deuxième journée d‘évacuation au camp d’Idoméni</h3> <p>Par ailleurs, en Grèce, l‘évacuation des migrants se poursuit dans le camp improvisé d’Idoméni à la frontière macédonienne. En deux jours, ce sont plus de 3.000 personnes, principalement des Syriens ou des Irakiens, qui ont été transportées en car vers des centres d’accueil, notamment près de Thessalonique.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Les dernières infos • <a href="https://twitter.com/hashtag/r%C3%A9fugi%C3%A9sbalkans?src=hash">#réfugiésbalkans</a> : <a href="https://twitter.com/hashtag/Idomeni?src=hash">#Idomeni</a>, les évictions continuent – <a href="https://t.co/eXkbGCA5g0">https://t.co/eXkbGCA5g0</a> <a href="https://t.co/hb08ZwLhHy">pic.twitter.com/hb08ZwLhHy</a></p>— Courrier des Balkans (@CdBalkans) <a href="https://twitter.com/CdBalkans/status/735465410720608256">25 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Les autorités grecques auront besoin d’une dizaine de jours pour démanteler ce camp, où s’entassaient des milliers de migrants depuis la fermeture de la route des Balkans. Les conditions de vie y étaient devenues particulièrement déplorables.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr"><a href="https://twitter.com/hashtag/R%C3%A9fugi%C3%A9s?src=hash">#Réfugiés</a> A quoi ressemblait la vie dans le camp d’<a href="https://twitter.com/hashtag/Idomeni?src=hash">#Idomeni</a> ? <a href="https://t.co/jiA2ZOsZTP">https://t.co/jiA2ZOsZTP</a> par <a href="https://twitter.com/LdAki"><code>LdAki</a> | <a href="https://twitter.com/lemondevideo"></code>lemondevideo</a> <a href="https://t.co/24U1nYJFAa">pic.twitter.com/24U1nYJFAa</a></p>— Le Monde (@lemondefr) <a href="https://twitter.com/lemondefr/status/735201491535941633">24 mai 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>