DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une bombe à retardement démographique menace l'Europe

insiders

Une bombe à retardement démographique menace l'Europe

En partenariat avec

Imaginez une population composée à 20% de personnes de 65 ans et plus, soit près de 100 millions de seniors, leur nombre dépassant largement celui des enfants. Ajoutons-y de faibles taux de natalité et une espérance de vie de plus en plus élevée. La pyramide des âges s’en trouve profondément modifiée.

Ce scénario peut sembler improbable, c’est pourtant à cela que l’Europe ressemblera dans neuf ans et d’ici 2060, sa population commencera à décliner, et ce même en tenant compte de l’arrivée de migrants.

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? Qu’il n’y a pas assez de travailleurs pour financer les retraites, que les systèmes de santé subissent une énorme pression. Que faire ? Dans cette édition, nous partons en Hongrie, puis en Grèce avant d’interroger une spécialiste de la question.

  • Une solution simple – peut-être même un peu trop simple – consiste à faire plus de bébés. C’est la politique récemment adoptée par la la Hongrie : l’Etat accorde jusqu‘à 32.000 euros aux familles qui s’engagent à avoir trois enfants dans les dix ans à condition qu’ils fassent construire leur logement. Une mesure controversée du gouvernement ultraconservateur de Viktor Orbán examinée en détail par notre reporter Hans von der Brelie.
  • Mais que se passe-t-il quand un pays déjà frappé par le vieillissement de sa population dispose en plus, d’une économie dans un état tellement désastreux que les gens sont réticents à avoir des enfants et que les retraités ont du mal à joindre les deux bouts ? Il s’agit de la Grèce. Le gouvernement a déjà lancé plusieurs plans d’austérité et a notamment baissé les pensions, mais le pays semble avoir atteint le point de non-retour. C’est ce que nous découvrons dans le reportage de Panos Kitsikopoulos.
  • C’est bel et bien une bombe à retardement démographique qui menace l’Europe. Pour aller plus loin sur le sujet, nous recueillons l‘éclairage de Monika Queisser, Chef de division des politiques sociales à l’OCDE à Paris. Face à ce défi d’ampleur, elle estime que “notre objectif doit être de mobiliser tout le monde : les plus âgés, les jeunes, les femmes, les personnes venant d’autres pays, les migrants, pour avoir une société inclusive et une croissance inclusive.”
Prochain article