DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Désamour pour l’UE mais contre le Brexit

monde

Désamour pour l’UE mais contre le Brexit

Publicité

A l’approche du référendum sur le Brexit, de récentes études démontrent qu’une partie de la population européenne a un point de vue négatif sur l’UE. Toutefois, la majorité des pays membres s’avèrent défavorables à une sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

D’après une enquête menée par PewResearch Center, l’opinion publique sur l’UE varie selon les territoires. Les pays en pleine santé économique ont généralement un avis positif sur la question. Par exemple, les Allemands et les Suédois sont favorables à l’UE, respectivement à 72 et 51%.

En revanche, les pays les plus touchés par la crise économique ne témoignent guère de sympathie pour l’Europe. La Grèce ne dénombre que 27% d’opinions favorables et près de la moitié des Espagnols expriment le même point de vue. Plus étonnant, certains membres historiques ne se montrent pas plus enthousiastes. 61% des Français ont, par exemple, une mauvaise image de l’UE.

Pourtant, après une belle chute dans les sondages, l’Union européenne avait connu un bref regain de popularité en 2014. L’étude de PewResearch Center a démontré qu’elle est renvenue à la baisse dès 2015.

De plus, la majorité des population interrogées estiment que l’UE devraient déléguer plus de pouvoirs aux gouvernements nationaux. Comme nous pouvons le constater sur le graphique ci-dessous, seule une faible minorité serait prête à donner plus de poids aux instances européennes.

Malgré cet euroscepticisme ambiant, une écrasante majorité de pays membres “préfèreraient que le Royaume-Uni ne quitte pas l’Union européenne”. Un sondage mené par TNS Public Affairs révèle que 43% des Britanniques préféreraient, à l’inverse, la quitter. Pour une opinion nette et tranchée, il faudra attendre l’issue du référendum du 23 juin.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article