DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le thé noir d'Azerbaïdjan

Postcards

Le thé noir d'Azerbaïdjan

En partenariat avec

Dans cette nouvelle carte postale d’Azerbaïdjan, nous vous invitons à découvrir une tradition culinaire ancestrale : le thé noir. La production locale se concentre dans la région de Lankaran-Astara dans le sud du pays.

Éléments-clé sur l’Azerbaïdjan

  • Plus grand pays du Caucase du Sud
  • Capitale : Bakou ; deuxième ville : Ganja
  • Située sur la côte ouest de la mer Caspienne
  • Le pays compte environ 9,6 millions d’habitants
  • Sa superficie atteint 86.600 km²

Première cueillette

Comme nous l’indique notre reporter sur place, “c’est la première cueillette de la saison sur ces plantations qui se situent entre la mer Caspienne et les montagnes, là où le climat subtropical et l’humidité sont parfaitement adaptés à cette culture.” Ces feuilles serviront à élaborer un thé destiné à la consommation intérieure, mais aussi à l’export.

Rituel de convivialité

Servie quasiment à toutes les occasions au quotidien, la boisson s’apprécie aussi dans les nombreuses maisons de thé du pays où un proverbe local prend tout son sens : quand on boit du tchaï – comme on dit en azéri –, on ne compte pas les tasses que l’on prend… Pour peu que ce soit du thé local réputé pour ses qualités.

“Il contient beaucoup de minéraux et de vitamines et le thé de Lankaran est excellent pour la santé,” assure Ilqar Hzimov, du Centre d’informations touristiques de Lankaran.

Prochain article