DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Meurtre de Jo Cox : la piste de l'extrême-droite à l'étude

monde

Meurtre de Jo Cox : la piste de l'extrême-droite à l'étude

Publicité

Au Royaume-Uni, les enquêteurs privilégient la piste de l’extrême-droite, dans l’enquête sur le meurtre de la députée britannique Jo Cox. Ces factures prouvent les liens entre Thomas Mair, son meurtrier présumé et un groupe néo-nazi : il leur a acheté des livres, des CD et surtout des explosifs et un manuel pour fabriquer des pistolets.

“Nous sommes au courant des spéculations des médias sur les liens du suspect avec les services psychiatriques et c’est clairement une piste que nous suivons. Nous sommes aussi au courant des affirmations selon lesquelles le suspect était lié à l’extrême-droite. C’est aussi une piste que nous privilégions et qui nous aidera à établir le motif de l’attaque de Jo”, a déclaré la commissaire de police Dee Collins.

En réaction au meurtre de cette députée qui militait pour le maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union européenne, la campagne au sujet du Brexit a été suspendue, au moins jusqu‘à dimanche. L’ensemble de la classe politique britannique lui a rendu hommage vendredi.

Jeremy Corbyn et moi sommes unis pour rendre hommage à Jo Cox, une députée en campagne, extraordinaire et pleine de compassion

Un mémorial improvisé lui est dédié devant Westminster à Londres, ainsi que devant la péniche où elle résidait avec sa famille sur les rives de la Tamise.

La députée travailliste de 41 ans était une élue d’une circonscription près de Leeds, dans le Nord de l’Angleterre, ou elle a été sauvagement assassinée près de sa permanence.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article