DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Nice, une ville traumatisée

monde

Nice, une ville traumatisée

Publicité

L’attentat de Nice a fait des dizaines de blessés, dont 18 se trouvaient ce matin en état d’urgence absolue. Une cinquantaine d’enfants ont par ailleurs été hospitalisés, deux d’entre eux sont décédés (sources hospitalières).

Karim était présent hier soir sur la Promenade des Anglais. Légèrement blessé au pied, il raconte : “Il y avait des gens au sol, que des gens au sol, plein, plein. Je ne voulais par regarder, j’essayais de regarder en l’air, ça me faisait trop de la peine. Il y a des gens qui pleuraient, des gens en sang, de partout.’‘

Autre témoignage, celui de ce Britannique : “J’ai marché dans la direction d’où arrivait le camion. Puis, j’ai tourné dans une rue. J’ai entendu énormément de bruits d’impact, des cris, puis tout le monde s’est mis à courir. Ma femme était terrifiée, alors on s’est mis aussi à courir. On est rentré chez nous, on a entendu les sirènes des ambulances toute la nuit. On voyait des soldats qui empêchaient les gens de se rendre vers le lieu de l’attaque. C‘était une scène atroce.’‘

François Hollande est arrivé à ce matin à Nice pour une visite auprès des services de secours. Un plan d’urgence sanitaire et de crise a été déclenché pour renforcer les moyens hospitaliers. Une cellule interministérielle d’aide aux victimes est joignable au 01 43 17 56 46.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article