Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Coup d'Etat avorté en Turquie : au moins 265 morts et plus de 2800 militaires arrêtés

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP, AP
Coup d'Etat avorté en Turquie : au moins 265 morts et plus de 2800 militaires arrêtés

<p>Après l‘échec du putsch militaire qui a embrasé la Turquie, les arrestations de soldats rebelles s’enchaînent. </p> <p>Au moins 2800 personnes ont été arrêtées et le gouvernement de <a href="https://twitter.com/RT_Erdogan">Recep Tayip Erdogan</a> assure que la situation est désormais “<em>entièrement sous contrôle</em>“. La voix du président, qui exhortait les Turcs à descendre dans les rues pour s’opposer à la rébellion, a été entendue.</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">Soldiers surrendering on Istanbul's Bosphorus Bridge had to be protected by police <a href="https://t.co/ew5wHCvDuu">pic.twitter.com/ew5wHCvDuu</a></p>— euronews (@euronews) <a href="https://twitter.com/euronews/status/754208701343494144">16 juillet 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>Alors que le Premier ministre a annoncé ce samedi l‘échec de la tentative de coup d’Etat, on dénombre au moins 265 morts au total. “<em>Mes chers concitoyens, mon pays adoré, les évènements d’hier soir, vendredi 15 juillet, sont une tache noire pour la démocratie turque</em>“, a déclaré Binali Yildirim.</p> <p>C’est peu avant minuit qu’un communiqué des “forces armées turques” avait annoncé la proclamation de la loi martiale et d’un couvre-feu dans tout le pays, dénonçant le régime autoritaire actuel.</p> <p>Des dizaines de milliers de personnes se sont alors déployées dans les rues, à Ankara et Istanbul, pour affronter les rebelles, allant jusqu‘à grimper sur les chars pour défier les soldats. Plusieurs bombardements ont également eu lieu.</p> <p>Pour le moment, le bilan de ces violences s‘élève au moins à 161 morts et 1440 blessés parmi les forces loyalistes. 104 tués du côté des putschistes. “<em>Ces lâches écoperont de la peine qu’il méritent</em>“, a martelé le chef du gouvernement. La Turquie a par ailleurs demandé à la Grèce l’extradition de huit putschistes, arrivés samedi à bord d’un hélicoptère militaire à Alexandroupoli (nord).</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">The Latest: Some soldiers, now in custody, reportedly thought Turkey coup attempt was just an exercise. <a href="https://t.co/qX2JRAsSW1">https://t.co/qX2JRAsSW1</a></p>— The Associated Press (@AP) <a href="https://twitter.com/AP/status/754295122104348672">16 juillet 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> <p>La situation reste tendue, le consulat français a appelé ses ressortissants à rester chez eux, en prévision de “<em>mouvements de foule</em>“ potentiels.</p> <p>Le gouvernement turc continue d’accuser le prédicateur exilé aux Etats-Unis, <a href="https://twitter.com/FGulencomEN">Fethullah Gülen</a>, d‘être derrière cette initiative sanglante.</p> <p>Le régime turc considère que M Gülen, ex-allié de M. Erdogan devenu son ennemi juré, est à la tête d’une “<em>organisation terroriste</em>“. Ankara avait par le passé demandé à Washington de l’expulser, ce que les Américains ont toujours refusé. “<em>Je réfute catégoriquement ces accusations</em>“, a rétorqué l’imam Fethullah Gülen dans un communiqué.</p> <a data-flickr-embed="true" href="https://www.flickr.com/photos/euronews/albums/72157671108098435" title="Turkey troops on streets"><img src="https://c4.staticflickr.com/9/8623/27715614883_9d1ef5fa26.jpg" width="500" height="333" alt="Turkey troops on streets"></a><script async src="//embedr.flickr.com/assets/client-code.js" charset="utf-8"></script> <p><em>avec <span class="caps">AFP</span></em></p>