DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : après le coup d'Etat manqué, "le ménage a commencé"

monde

Turquie : après le coup d'Etat manqué, "le ménage a commencé"

Publicité

Après le putsh manqué dans la nuit de vendredi à samedi en Turquie, l’heure est à la purge dans l’armée et la justice.
Quelque 6 000 personnes seraient ce dimanche en garde à vue, selon le ministre de justice.

Parmi eux, environ 3000 soldats et des dizaines de généraux soupçonnés d‘être impliqués dans la tentative de coup d’Etat. Certains ont été parqués dans des bus, par terre, menottés et en sous-vêtements.

Le président américain Barack Obama a d’ailleurs rappelé à la Turquie le “besoin vital” de respecter les règles de “l’Etat de droit”.

La purge ne se limite pas à l’armée. Des mandats d’arrêt ont été délivrés à l’encontre de près de 3000 juges et procureurs dans tout le pays. Plus de 500 auraient déjà été arrêtés, selon des médias turcs.

Des milliers de Turcs se sont mobilisés samedi soir dans les grandes villes du pays pour manifester leur soutien au président Recep Tayyip Erdogan, dans des forêts de drapeaux rouges turcs.

A Istanbul, la foule a scandé des slogans favorables au rétablissement de la peine de mort pour les putschistes. Le président a laissé entendre que ce point pourrait être débattu au Parlement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article