DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Après le putsch manqué, le grand ménage en Turquie

monde

Après le putsch manqué, le grand ménage en Turquie

Publicité

Après le coup d’Etat manqué, l’heure du grand nettoyage a sonné en Turquie. Le gouvernement déblaie à tous les étages. Le président Erdogan avait prévenu : les coupables ‘‘payeront cher leur trahison’‘.

Vendredi soir, la situation bascule en quelques heures. Le président, via un téléphone portable, exhorte ses partisans à descendre dans la rue pour s’opposer au putsch. L’appel est entendu. Les militaires rebelles sont bloqués, désarmés, embarqués, certains même lynchés.

Et la purge annoncée commence. Coupables et suspects sont arrêtés. Comment le pouvoir a-t-il pu les identifier si rapidement alors que les services de renseignement n’avaient pas anticipé ce coup d’Etat ?

À ses partisans qui réclament l’exécution des putschistes, Erdogan déclare : “Mes frères, en tant que gouvernement et en tant qu’État, nous entendons cette demande qui est la vôtre. Nous ne pouvons pas ignorer votre demande. En démocratie, la décision, c’est ce que veut le peuple.”

Les putchistes paieront le prix fort. Mais qui sont-ils exactement ? Akin Ozturk, ex-commandant des forces aériennes, est soupçonné d‘être le cerveau de l’opération. Il est l’un des plus hauts gradés à avoir été arrêté.

Le coup de filet dans l’armée est spectaculaire : plus de 6.000 militaires sont placés sous les verrous, dont plus de cent généraux et amiraux, y compris le principal conseiller militaire du président Erdogan. Également en garde à vue pour complicité dans le coup d’Etat, le chef de la base militaire d’Incirlik, utilisée par des avions, de la coalition internationale contre l’Etat islamique.

Avec cette vaste purge qui se poursuit, l’armée turque, mobilisée à la frontière syrienne et irakienne, semble affaiblie et désorganisée dans sa lutte contre les militants djihadistes et les rebelles du PKK.

Mais ces arrestations ne visent pas que l’armée. Le ministère de l’Intérieur a annoncé le limogeage de 9.000 fonctionnaires, dont près de 4.500 policiers. Un gouverneur de province et 29 gouverneurs de municipalité ont été mis à pied. Plus de 750 magistrats ont été interpellés. Tous sont soupçonnés de liens avec le prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, et considéré par Erdogan comme étant l’instigateur du putsch. Lui a nié tout implication.

Le grand ménage se poursuit en Turquie et il pourrait encore durer un certain temps.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article