DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : Erdogan accuse les Occidentaux de soutenir "le terrorisme" et les putschistes

monde

Turquie : Erdogan accuse les Occidentaux de soutenir "le terrorisme" et les putschistes

Publicité

Plus de deux semaines après la tentative de coup d’Etat, le président turc s’en est pris violemment aux Occidentaux qu’il accuse de soutenir le terrorisme.
Dans le viseur de Recep Tayyip Erdogan, il y a notamment les Américains, accusés de complaisance vis-à-vis de l’opposant turc Fetullah Gülen, soupçonné par Ankara d‘être l’instigateur du putsch. L’homme vit en exil aux Etats-Unis.

Comment peut-on parler de partenaire stratégique ?, s’est insurgé le dirigeant turc au sujet de Washington.
Moi, je réclame que nous soit remis un individu impliqué dans une affaire de sécurité nationale. Or vous, vous protégez cette personne, qui se cache actuellement dans votre pays.
Les Occidentaux soutiennent-ils le terrorisme ou non ? Les Occidentaux sont-ils dans le camp de la démocratie ou dans celui des comploteurs et des terroristes ? J’ai bien l’impression que les Occidentaux apportent un soutien aux terroristes et aux comploteurs.

Médecins militaires, arbitres de foot

Les autorités turques continuent de faire le ménage dans les institutions, traquant les sympathisants, réels ou supposés, de Fetullah Gülen.
La purge a touché l’armée, la justice et les médias. Ce mardi, sont des médecins et des infirmiers d’un hôpital militaire qui ont été interpellés. Une cinquantaine d’employés du GATA (Gulhane Military Medical Academy) ont ainsi été placés en garde à vue, dont des médecins militaires, a annoncé l’agence Anadolu.

Par ailleurs, la Fédération turque de football (TFF) a annoncé mardi avoir licencié 94 de ses membres, dont des arbitres, soupçonnés d‘être impliqués dans la tentative de coup d’Etat.

Rassemblements pro-Erdogan

Dans le même temps, des rassemblements pro-Erdogan se poursuivent dans plusieurs villes du pays. Les habitants sont invités à descendre dans les rues pour témoigner leur soutien au gouvernement turc.

- avec AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article