DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Gabon : les leaders de l'opposition séquestrés cette nuit dans leur QG

monde

Gabon : les leaders de l'opposition séquestrés cette nuit dans leur QG

Publicité

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Ce jeudi le Gabon a connu une deuxième journée de violence, à la suite d’une élection présidentielle au résultat controversé. L’opposition crie à la fraude après la réélection d’Ali Bongo.

Trois personnes sont mortes dans les affrontements et plus de 1000 ont été arrêtées.

L’Assemblée nationale avait été incendiée mercredi, et le QG de l’opposition, pris d’assaut la nuit dernière.

“La démocratie s’accorde mal des succès autoproclamés, des groupuscules formés à la destruction, a déclaré le président réélu. La démocratie s’accorde mal de la prise d’assaut d’un parlement, et de la télévision nationale. J’ai ce projet au coeur, ce qui m’a amené à scrupuleusement respecter le code électoral jusqu’au bout.”

Son rival Jean Ping a remporté 48,23% des voix, face au président sortant réélu avec 49,80% des suffrages. Mais l’opposition refuse la victoire du clan Bongo, dont la famille est au pouvoir depuis presque un demi-siècle.

Dans la soirée, 26 leaders de l’opposition et de la société civile gabonaise étaient toujours retenus au quartier général de Jean Ping à Libreville, terrorisés à l’idée de devoir y passer la nuit. L’armée les empêche de quitter les lieux.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article