DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'or noir de Madagascar

target

L'or noir de Madagascar

Publicité

Nouvel épisode de Target Madasgacar. Cette semaine nous sommes sur le premier site pétrolier opérationnel du pays, à l’ouest de Madagascar.

Le potentiel est énorme ici. Il y a l‘équivalent de presque 2 milliards de barils sous nos pieds. Une huile dite “lourde”, autrement dit un pétrole de densité élevé.

“Ca c’est l’huile lourde qu’on produit ici à Tsimiroro, nous montre Mbola Andriamalala, ingénieur pétrolier chez Madagascar OIl. Et dans ces cuves, on a, à peu près, 160.000 barils de stocks.”

Pour John Claussen, le PDG de Madagascar Oil, “Celle huile convient parfaitement à l’alimentation en énergie de Madagascar. Très rapidement, elle va pouvoir être transformée en combustible, pour produire de l‘électricité. Nous espérons également pouvoir l’utiliser sous d’autres formes de carburants industriels.”

300 millions de dollars de capitaux privés ont été investis dans ce projet, 90% des salariés sont malgaches. Outre de sérieux engagements environementaux, l’exploitation a aussi été accompagnée par la création d‘écoles, ou encore de structures de santé dans la région.
Ce pétrole servira très bientôt, entre autres, à faire fonctionner la principale centrale électrique d’Antananarivo, la capitale de Madagascar.

“Nous allons transporter le carburant à travers Madagascar par route. C’est un moyen de pouvoir développer les infrastructures de l‘île. Nous allons nous impliquer dans ce projet, avec nos camions. Et puis, il y aura d’autres opportunités à mesure que les infrastructures s’amélioreront et que le développement se poursuivra.”

A terme, il pourrait y avoir de nouveaux investissements liés à cette exploitation. L’idée par exemple est de construire un pipeline ou encore un port sur la côte ouest de Madagascar.

Développer l’exploitation de sites comme celui-ci pourrait bien métamorphoser toute l‘économie de Madagascar.
Essayons de mieux comprendre le potentiel du pays et les opportunités pour les investisseurs.

De nombreuses recherches ont été menées. On sait désormais que Madagascar possède cinq bassins sédimentaires à forte potentialité d’hydrocarbures.
Un énorme gisement de gaz naturel a été découvert récemment dans le sud du pays. Et pour ce qui est du pétrole, de nouveaux blocs, de nouveaux secteurs d’exploration ont été identifiés.

Manager général d’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques), une organisation gouvernementale malgache, Bonaventure Rasoanaivo reconnaît que le pétrole n’est pas en reste avec de nouveau blocs, de nouveaux secteurs d’exploration identifiés: “on a estimé une réserve géologique de l’ordre de 1500 milliards de barils de pétrole à Madagascar.”

Pour favoriser les investissements, les autorités ont promis de réformer le code pétrolier. Et pour favoriser la recherche, d’exonérer de TVA les compagnies en période d’exploration.

“L’année prochaine, Madagascar va faire un appel d’offre international, promet Bonaventure Rasoanaivo. Nous voulons offrir aux investisseurs une quarantaine de blocs offshore et 3 à 4 blocs onshore.”

L’objectif est donc de booster le développement économique, mais aussi de tendre vers l’indépendance énergétique, grâce aux considérables ressources de Madagascar, jusqu’ici sous-utilisées.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article