DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Colombie : la 2e guérilla du pays accepte de négocier la paix


Colombie

Colombie : la 2e guérilla du pays accepte de négocier la paix

L’effet prix Nobel : quatre jours après l’attribution du prix Nobel de la paix au président colombien, lundi, c’est l’Armée de libération nationale, l’ELN, la seconde guérilla colombienne qui a finalement accepté d’entrer en négociations avec le gouvernement colombien.

Juan Manuel Santos, le président colombien : “Le 27 octobre, le gouvernement va commencer les négociations publiques avec l’ELN (…). Pour que cela devienne possible, il était essentiel que le processus de libération des otages ait commencé, pour qu’il n’y ait plus d’otages de l’ELN en Colombie.”

Reste à convaincre les Colombiens

La libération d’un otage, lundi à la frontière vénézuelienne était une ligne rouge pour Bogota. Il en resterait trois à libérer.

Inspirée par la révolution cubaine, l’Armée de libération nationale est considérée depuis des années comme une organisation terroriste aux Etats-Unis comme en Europe. Cette milice compterait 1500 à 2000 combattants.

Après l’accord signé avec la guérilla des Farc le 26 septembre dernier, l’horizon semble s‘éclaircir en Colombie après 50 ans de conflits meurtriers qui ont fait plus de 260 000 morts et 45 000 disparus.

A condition que les Colombiens l’acceptent : le 2 octobre ils ont rejeté par référendum le 1er accord de paix avec les Farc.

Avec Agences

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Etats-Unis : Clinton sur un nuage, Trump désavoué