Mossoul qui tombe, c'est risquer l'arrivée de jihadistes en Europe

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz  avec Reuters
Mossoul qui tombe, c'est risquer l'arrivée de jihadistes en Europe

<p>La chute de Mossoul, et la fuite des rebelles jihadistes, pourraient avoir des conséquences en Syrie et aussi en Europe. </p> <p>Moscou craint que les combattants de l’Etat islamique quittant la ville irakienne se dirigent vers la Syrie, pour renforcer la rébellion.</p> <p>L’Union européenne, elle, redoute un retour des jihadistes sur son territoire. </p> <p>“L’Allemagne, explique Thomas De Maiziere, son ministre de l’Intérieur, ne fait pas face à une menace supplémentaire en luttant contre Daesh. La menace est déjà élevée et il faut que nous combattions l’Etat islamique militairement.”</p> <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="de" dir="ltr">Innenminister <a href="https://twitter.com/hashtag/deMaizi%C3%A8re?src=hash">#deMaizière</a> sprach heute mit dem neuen <a href="https://twitter.com/hashtag/EU?src=hash">#EU</a>-Sicherheitskommissar <a href="https://twitter.com/JKingEU"><code>JKingEU</a> über die Sicherheitslage in <a href="https://twitter.com/hashtag/Europa?src=hash">#Europa</a>. <a href="https://t.co/zdG3usINTX">pic.twitter.com/zdG3usINTX</a></p>&mdash; BMI (</code>BMI_Bund) <a href="https://twitter.com/BMI_Bund/status/788368755587854336">18 octobre 2016</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> Selon Julian King, le commissaire à la Sécurité de l’Union européenne, les jihadistes qui rentreront seront prêts à en découdre : “Nous devons redoubler les efforts que nous faisons, comme a dit le ministre, pour renforcer les contrôles à nos frontières, y compris pour les citoyens de l’UE. Et nous devons nous assurer que nous faisons tout notre possible de l’autre côté de nos frontières grâce à une coopération efficace avec les différentes forces de l’ordre.” Quelques 2 500 jihadistes issus de l’Union européenne seraient dans la région de Mossoul. La crainte c’est qu’ils se mèlent au flux des réfugiés qui frappent à la porte de l’UE. Avec le risque d’un amalgame entre migrants et terroristes.