DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Derniers préparatifs avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais


France

Derniers préparatifs avant le démantèlement de la "Jungle" de Calais

Le camp de migrants de Calais, dans le nord de la France, vivait ce dimanche ses dernières heures. Plus connu sous le nom de “Jungle de Calais”, il doit être démantelé ce lundi matin.

Les quelques 6 500 personnes qui y ont trouvé refuge, pour la plupart dans l’espoir de rejoindre l’Angleterre, doivent être évacués en bus vers des centres d’accueil provisoires (CAO) à travers la France. Ils pourront y effectuer les démarches de demande d’asile.

Une attention particulière sera portée aux près de 1300 mineurs présents dans le bidonville. 194 d’entre-eux ont rejoint le Royaume-Uni cette semaine, bénéficiant de dispositifs spéciaux. “On a mis en place un dispositif très particulier pour les mineurs. Demain au sas, un binôme franco-britannique va les accueillir, après tous ces mineurs seront conduits au centre d’accueil provisoire“ a expliqué la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio.

Ce dimanche, des maraudeurs sociaux dépêchés par la préfecture du Pas-de-Calais, tentaient de convaincre les migrants d’emprunter ces autocars, et d’expliquer ce qui les attend. Des flyers et des bandes-dessinées qui détaillaient leur parcours après l’arrivée en CAO leur étaient distribués.

Ils disent qu’ils ont une autre maison pour tous les jeunes, les enfants. Et qu’après cela j’irai au Royaume-Uni… mais je ne sais pas“ explique un garçon soudanais.

Plus de 1200 policiers sont présents autour du camp pour surveiller l‘évacuation, sensée durer une semaine. Une soixantaine de bus doivent partir ce lundi, puis 45 le lendemain.

La destruction totale du plus grand bidonville de France doit commencer mardi. L’avenir de ces milliers d’exilés, une fois loin de Calais, reste quant à lui incertain.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Bataille de Mossoul : l'artillerie turque appuie les peshmergas